Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Afrique 2050- 2100. La catastrophe démographique.

Le lecteur pressé imputera ce titre à une vision « occidentale » hostile aux Africains. Pourtant les chiffres parlent d'eux-mêmes. Selon les démographes de l'ONU, l'Afrique en 2100 compterait 4,2 milliards d'habitants, contre 1,2 milliard aujourd'hui. Cela représenterait donc un quasi-quadruplement de la population actuelle. L'Afrique deviendrait ainsi un géant démographique aux proportions colossales.

A elle seule, elle représentera presque la moitié de la population de la planète. Sa population sera 4 fois supérieure à celle de la Chine ou celle de l'Inde, qui sont en voie de maîtriser leur croissance démographique Elle sera près de neuf fois plus importante que celle de l'Europe, laquelle devrait demeurer autour de 500 millions d'habitantsi.

Que signifient les chiffres que nous venons de citer ?

    - En termes de croissance économique : l'Afrique pourra-t-elle se développer et nourrir cette énorme population supplémentaire au cours de ce siècle ? Et, si oui, à quelles conditions ? Non seulement la nourrir, mais aussi la loger, la soigner, l'employer, etc.,

    - En termes de sécurité : si l'islam continue de se répandre en Afrique, ne faut-il pas craindre l'apparition d'un islam radical susceptible de provoquer des massacres à grande échelle, non seulement en Afrique proprement dite, mais dans les continents voisins, en premier lieu l'Europe.

    - En termes de flux migratoires vers l'Europe. Si l'Afrique ne parvient pas à se nourrir convenablement, les flux migratoires vers l'Europe, dont on voit aujourd'hui les préliminaires, vont s'accroitre démesurément Les chiffres pourraient atteindre des millions ou dizaines de millions par an. Comment réagira l'Europe? Toutes les hypothèses sont ouvertes.

Que faire ?

Le propre des évolutions démographiques est qu'elles se produisent sur un rythme initialement lent, susceptible de décourager initialement l'appel à des remèdes radicaux. Or ces remèdes eux-mêmes, à supposer qu'ils soient décidés, ne produisent d'effets sensibles qu'à long terme, quart de siècle ou demi-siècle. Dernier point, ils exigent un bouleversement radical de l'ordre social et politique. Ainsi l'on dit à juste titre que le meilleur remède à la surnatalité repose dans l'éducation des femmes, seules à même de prendre les causes en mains. Mais pour que les femmes acquièrent la volonté d'agir, il faut qu'elles échappent au sous-développement et à la domination des hommes et de leurs familles. Est-ce réaliste de l'espérer, au moins à court ou moyen terme?

Quant à la mesure économique souvent évoquée, un plan Marshall européen ou même mondial en faveur de l'Afrique, là encore, si l'idée est séduisante, on ne voit pas qui pourrait la décider, qui pourrait veiller à son implantation et à la production des bons résultats attendus: l'Organisation des Etats africains ou toute structure panafricaine analogue, un G8 ou G20 quelconque, l'ONU? Pour ce qui nous concerne, nous n'avons pas de réponses.

Sources

Les sources sont nombreuses et toutes concordantes. Voir par exemple, en dehors de la consultation des statistiques de l'ONU qui ne sont pas toujours faciles à interpréter, http://www.larevue.info/science-sante/350-plus-de-4-milliards-d-africains-en-2100

29/05/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire