Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Tsipras à Moscou. L'exemple à suivre?

Certains de ceux qui se découragent de voir les Etats de l'Union européenne s'enfermer dans une hostilité stérile avec la Russie attendaient beaucoup de l'entretien d'Alexis Tsipras avec Vladimir Poutine le 8 avril. N'allait-on pas voir le premier Ministre grec s'engager clairement dans une démarche de rupture avec l'euro, voire avec l'Union européenne ?


 Pour cela Alexis Tripras aurait pu annoncer qu'il proposait à son homologue russe de commencer à négocier un rapprochement de la Grèce avec le Brics, dont la Russie et la Chine sont aujourd'hui les deux piliers. Vraisemblablement alors, sous la pression américaine, la Grèce aurait été exclue de l'Otan, puis de l'Eurogroup, avant peut-être même d'être exclue de l'Union. Mais en ce cas, compte tenu de l'ingéniosité des Grecs, ceux-ci seraient vite retombés sur leurs pieds.

Rien de tel cependant n'a été dit clairement, d'où une certaine déception. Mais il faut bien voir que Tsipras est un homme prudent. Il risquerait sa vie politique et peut-être sa vie tout court en paraissant se jeter dans les bras de Poutine. Quant à Poutine, lui aussi extrêmement prudent, il ne souhaite sans doute pas apparaître comme l'artisan d'une démolition brique à brique de l'Union européenne. Russie et Union ont mieux à faire que s'affronter directement. Leurs avenirs respectifs passent, n'en déplaise à Washington, par la coopération.

Or dans cette perspective, la Grèce doit pouvoir jouer, comme l'a fort bien dit Alexis Tsipras, le rôle d'une passerelle (passerelle intelligente si l'on préfère) entre les deux continents. L'image de Tsipras et de Poutine se serrant cordialement la main, reprise sur tous les médias, y compris par les plus hostiles à la Russie, devrait avoir une portée symbolique bien plus profonde et durable que l'on pourrait croire. Très vite sans doute, poussés par des opinions refusant la guerre froide avec la Russie, beaucoup de chefs d'Etats européens, y compris de ceux qui ont commis l'insulte de ne pas célébrer à Moscou l'anniversaire de la victoire du 9 mai 1945, devraient être tentés eux-aussi de serrer explicitement et cordialement la main au Président russe.

Plus en profondeur, les perspectives d'une contribution de la Grèce à de grands programmes d'infrastructures, à commencer dans le domaine de l'énergie (Turkish stream), programmes que le Brics met actuellement en place, ne pourront pas laisser indifférents un certain nombre de pays européens qui s'étiolent actuellement dans le sous-investissement. Que la Russie puisse participer à la privatisation (imposée par l'Europe) de certains grands actifs grecs ne sera pas en ce cas ressenti comme une dépossession, mais comme un premier pas vers des infrastructures communes.

Sur un autre plan, le fait que Poutine ait laissé entendre que la Russie pourrait lever les contre-mesures d'embargo à l'égard de produits européens, lesquelles avaient été prises en riposte aux « sanctions » imposées précédemment par Washington, devrait avoir en Grèce et dans certains pays voisins, très pénalisés par l'impossibilité d'exporter des produits agricoles vers la Russie, un effet très favorable. Dans le même sens, pourquoi ne pas imaginer que de nombreux touristes russes viennent désormais passer des vacances sympathiques dans les iles grecques ou autour de l'Acropole. Leurs vacances seraient plus abordables qu'à St. Moritz.

Tout ceci demeure, dira-t-on, encore assez superficiel. Des relations win-win entre la Russie et les pays européens qui suivraient le bon exemple d'ouverture donné par la Grèce, pourraient aller bien plus loin, par exemple dans certains domaines industriels et de recherche scientifique. Mais chaque chose en son temps répondrait sans doute le prudent Tsipras.


08/04/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire