Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le Service National de Santé dans le monde d'aujourd'hui

Dans la revue britannique NewScientist (p. 56 du n° du 4 avril 2015) un lecteur rappelle que le Service National de Santé (NHS) institué en Grande Bretagne en 1948, à la fin de la 2e guerre mondiale, et considéré à l'époque comme le meilleur exemple possible de l'Etat-Providence, avait été présenté par Aneurin (Nye) Bevan, secrétaire d'Etat à la Santé, comme « devant accompagner chaque citoyen du berceau jusqu'à la tombe » - et ceci gratuitement.

C'est ce qu'il fit effectivement pendant quelques années. Mais à l'époque, comme le rappelle le lecteur, la durée de vie moyenne était de 65 ans, les besoins de soin provenaient pour l'essentiel des troubles de la seconde partie de la vie, du traitement de cancers des poumons très vite mortels et d'un peu d'interventions néonatales. Peu de gens n'avaient envie de prolonger des vies austères et pauvres. Le budget du NHS a donc longtemps suffi à la tâche.

C'est une banalité de dire qu'aujourd'hui, les régimes de sécurité sociale comme celui dont la France continue à être fière se trouvent confrontés à ce que l'on pourrait appeler des perspectives de dépenses quasi-illimitées en ce qui concerne les soins, et à des budgets en réduction constante en ce qui concerne les ressources. Malgré les efforts héroïques de l'institution toute entière, comme il n'est plus possible de traiter tout le monde pour toutes les affections, des choix s'imposent. Qu'on le veuille ou non, ce sont les patients les plus avertis, les plus appuyés socialement, qui sont traités en priorité.

Nous ne faisons allusion ici qu'aux assurés sociaux et non aux personnes dotée de ressources personnelles suffisantes pour s'adresser au « marché ». Mais là aussi, des limites sont atteintes. Elles le seront de plus en plus. Même les plus riches, sauf peut-être les patrons du CAC40 dotés de parachutes dorés faramineux, ne pourront par exemple espérer tous disposer de protéines rares ou d'appareillages complexes – pour ne pas citer l'emblématique coeur artificiel.

Or la société, sous la pression de survivances idéologiques ou philosophiques en un temps fort honorables mais devenues aujourd'hui parfaitement inadéquates, se refuse de poser le vrai problème, qui est celui du suicide, qu'il soit médicalement assisté ou qu'il relève de moyens personnels - moyens aujourd'hui hors de portée du grand public, sauf les plus cruels pour soi et pour les autres

Elle se refuse surtout à intégrer ces perspectives dans la gestion des budgets de santé, afin qu'ils puissent récupérer un minimum d'équilibre. La question de la fin de vie a été abordée en France lors des débats parlementaires sur la question. Il ne nous est pas possible de reprendre ici les arguments échangés. Pour la plupart des spécialistes se voulant clairvoyants, la solution retenue ne sera qu'un palliatif, compte tenu de l'accroissement exponentiel des besoins.

Concernant ceux-ci, on évoque parfois la volonté de certaines entreprises immensément enrichies par nos soins, telle Google, de proposer des durées de vie quasi illimitées, pour quelques rares hyper-riches. Mais on envisage moins un avenir beaucoup plus proche, où déferleront sur les pays encore préservés des dizaines voire centaines de millions de réfugiés climatiques porteurs de toutes les pathologies imaginables. Quel sort leur proposeront la Sécurité Sociale et l'hôpital public ?

 

07/04/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire