Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Vers un équivalent de l'Otan en Asie ?

Le chef du Pentagone Ashton Carter se rendra au Japon et en Corée du Sud dans la semaine du 12 avril pour insister sur l'engagement pris par Barack Obama en faveur d'un basculement stratégique vers l'Asie. A l'occasion il rencontrera le commandant du US Pacific Command à Hawaii, le plus récent des 50 états des Etats-Unis, situé en Océanie.
En mai, Carter devrait retourner dans la région pour assister à la conférence annuelle sur la sécurité (Dialogues du Shangri-La) à Singapour. Il se rendra ensuite en Inde pour confirmer les accords de défense en cours de négociation. Il s'agira selon un porte-parole d'affirmer les relations en défense entre alliés (de l'Amérique) en Asie et construire un nouvel équilibre stratégique dans la région. Ce nouvel équilibre reposera sur des liens plus affirmés entre la sécurité militaire et la sécurité économique intéressant chacune des parties.

Bien que ceci ne soit pas dit explicitement, il est clair que ce nouvel équilibre sera systématiquement conçu pour faire pièce à l'influence grandissante de la Chine, tant au plan militaire qu'économique. Le prétexte évoqué parfois de faire aussi face à des agressions de la Corée du nord n'est pris au sérieux par personne. Tout ceci pourrait se traduire par la mise en place d'une structure analogue à l'Otan, rapprochant les Etats-Unis, le Japon, la Corée du sud, les Philippines et quelques autres.

Manifestement, au Japon, les esprits y sont résolus, sous la direction du Premier ministre Shinzo Abe. Le Japon a déjà convenu de la possibilité de mettre des Forces d'auto-défense (Self-Defense Forces), à la disposition des forces américaines du Pacifique, si celles-ci étaient attaquées. Par ailleurs, il a jusqu'à ce jour renoncé, sous les pressions américaines, à devenir membre de l'AIIB ( Asian Infrastructure Investment Bank) pilotée par la Chine.

On peut se demander si le Japon, rencontrant aujourd'hui bien plus de difficultés économiques que la Corée du sud, gagnera quelque avantage à jouer ainsi sans précautions la carte américaine. Quant à l'Inde, on peut-être assuré qu'en tant que membre important du Brics, elle gardera plusieurs fers au feu.

05/04/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire