Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Décollage de l'Union pour la Méditerranée

Éclipsée par le scrutin présidentiel américain, la réunion des 43 ministres des Affaires étrangères de l'Union pour la Méditerranée, qui s'est tenue les 3 et 4 novembre au Palais du Pharo à Marseille, s'est terminée par une déclaration commune des ministres présentée par eux comme historique et imprimant une nouvelle dynamique politique aux relations euro-méditerranéennes.
 
Les désaccords de fond qui subsistaient entre Etats membres ont tous été réglés au terme de discussions rallongées par une demande turque de dernière minute ; rassemblant ainsi, et cela pour la première fois de l'Histoire, Israël et l'Autorité palestinienne dans une unique organisation internationale.

Ainsi, Israël a donc accepté que la Ligue arabe bénéficie d'un statut de membre à part entière de l'UPM. Elle participera à l'intégralité des réunions et  sera autorisée ày  prendre la parole dans quelque cas de figure que ce soit. Par ailleurs, le siège du secrétariat général de l'Union sera basé à Barcelone, qui a été choisie aux dépens de La Valette et Marseille. Nicolas Sarkozy avait initialement souhaité que le siège soit basé sur la rive Sud de la Méditerranée, mais s'était heurté aux réticences des pays arabes, non désireux d'accueillir le siège de l'organisation puisque cela engendrait une reconnaissance de facto d'Israël (présence d'une délégation israélienne dans les locaux du siège). Par ailleurs, les ministres ont décidé de planifier quinze événements durant l'année à venir.

Bernard Kouchner a souligné l'importance de la déclaration qui fait du  dialogue politique et de sécurité, de la sécurité maritime et enfin de la coopération sociale humaine et culturelle les priorités de l'Union concernant l'année 2009. Afin d'assurer la sécurité maritime en Méditerranée, les 43 ministres présents se sont accordés pour annoncer la création d'un centre de coordination de la lutte anti-drogue, complété par l'organisation en 2009 par l'Italie d'un forum des services maritimes afin de partager des expériences. Sur le plan énergétique, la coopération avec le Maghreb sera renforcée. Par ailleurs, les Etats membres de l'UPM ont fait part  de leur désir de créer une zone euro-méditerranéenne de libre-échange, soulignant les progrès réalisés quant à la libéralisation des échanges agricoles.

Il n'y a pas de raisons de ne pas se féliciter de voir décoller concrétement ce grand dessein d'Union pour la Méditerranée. Remarquons seulement  que les chantiers annoncés ne suffiront pas à créer une véritable communauté d'intérêts partagés entre le Nord et le Sud. Il n'est pas sûr par ailleurs  que la mise en place d'une zone de libre échange y contribue. Pour le moment, ce sont surtout les trafics en tous genres qui pratiquent le libre-échange. Serait-ce utile d'en rajouter?  Par contre, dans la perspective de la lutte contre le réchauffement climatique et la protection de la biodiversité, de grands programmes engageant les Etats, collectivités locales et opérateurs privés seraient indispensables. Mais là, il va falloir, non seulement rechercher des financements mais aussi s'assurer que de tels projets seront sérieusement gérés. Il ne sera pas trop de nouvelles réunions pour préciser tout cela.
07/11/2008
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire