Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Visite à Cuba du ministre de la défense russe

Beaucoup, comme nous ici, ont craint de voir Cuba repasser sous la domination américaine qui avait fait de l'ile, avant la révolution menée par Fidel Castro, une simple colonie américaine. L'empressement de Obama de « normaliser » ses relations avec La Havane, son désir d'y ouvrir une ambassade, le bon accueil fait des deux côtés à cette nouvelle politique, pouvait laisser penser que le gouvernement cubain abandonnait toute ambition d'indépendance et était près à s'ouvrir largement aux investissements américains. Raul Castro depuis s'est employé à démontrer qu'il n'en était rien, mais l'on pouvant rester dubitatif. Comment le nain Cuba pourrait-il désormais résister au géant américain ?

Depuis, différents évènements ont paru monter que La Havane conservait un peu de l'esprit castriste. Le plus significatif en ce sens a été la visite, il y a quelques jours, du ministre russe de la défense Sergei Shoigu. Celle-ci, selon différents commentateurs, montre que le gouvernement Cubain est résolu à maintenir avec Moscou des relations de haut niveau, indépendamment du rapprochement avec Washington. Ce serait du bon sens, afin de garder un minimum de poids politique.

Du côté russe, cette visite confirme la volonté de Moscou de conserver – ou restaurer - une stratégie en politique étrangère conforme à sa volonté de jouer un rôle d'acteur sur le plan international. Ceci d'autant plus que Sergei Shoigu ne s'est pas limité à se concerter avec Cuba. Il s'est aussi rendu au Vénézuéla et au Nicaragua, deux pays dont les gouvernements actuels font l'objet de tentatives de déstabilisation de plus en plus précises émanant de Washington.

A Cuba, le ministre russe a proposé une coopération navale avec ses interlocuteurs. Il a invité à Moscou une délégation militaire pour participer à diverses manifestations, ce qui a été accepté. Il faut évidemment s'attendre à ce que les lobbys militaristes américains poussent de haut cris au vu de ces ouvertures. Mais le temps n'est plus où l'ex URSS proposait d'installer des missiles à Cuba. - politique que l'Otan, sous la pression américaine, ne se prive pas d'étendre aux frontières de la Russie.


15/02/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire