Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Bravo François Hollande. Il faut continuer

Les commentaires concernant l'accord dit Minsk2 du 12 février sont suffisamment nombreux pour que nous n'ajoutions pas ici le nôtre. Il paraît légitime par contre de saluer le rôle joué par François Hollande, en plein agrément semble-t-il mais sans suivisme à l'égard de celle-ci, avec Angela Merkel.

Après des mois où tous ceux qui militent pour une Europe souveraine se désolaient de voir la docilité atlantiste manifestée par ces deux chefs d'Etat, il semble qu'enfin émerge le début du commencement d'une Europe consciente du rôle qu'elle devrait impérativement jouer, conjointement avec la Russie, en partenaire actif de l'ensemble dit RIC (Russie, Inde et Chine) en train de se mettre en place – malheureusement sans l'Europe jusqu'à ce jour.

Nous avons suffisamment évoqué ici les multiples aspects positifs qu'aurait une coopération stratégique, diplomatique, industrielle, scientifique entre l'Europe et la Russie. Inutile d'y revenir. Il semble que les décideurs allemands aient commencé à s'en convaincre, malgré les délires anti-Poutine d'une certain presse de droite outre-Rhin. Mais jusqu'à présent en France notre gouvernement et une partie de la classe politique acceptaient sans regimber de suivre Washington dans une confrontation avec la Russie à laquelle l'Amérique n'avait jamais renoncé depuis la fin de la guerre froide.

Apparemment cependant nos décideurs, à commencer par Hollande et les tètes pensantes du gouvernement, Fabius et Le Drian, ont fini il y a quelques jours par comprendre que suivre l'Amérique dans ce que ses extrémistes recommandent désormais, mener Poutine au seuil de la guerre nucléaire, était suicidaire, non seulement pour la France et l'Europe, mais pour le monde.

Peut-on penser que la Russie renoncerait, en cas d'agression balistique américaine, à utiliser dans les minutes suivantes les nombreux missiles intercontinentaux dont elle dispose, capables de percer n'importe quelle défense ? Les Mc Cain et autres faucons américains prétendent que les dégâts ne dépasseraient pas ceux de quelques Tchernobyls. Les militaires et les scientifiques savent bien que c'est faux. Ce serait un hiver nucléaire qui s'établirait pendant des décennies ou siècles sur la planète.

Il était donc temps que l'Allemagne et la France parlent la voix de la raison, sans consulter un Obama de plus en plus émasculé par les complexes militaro-industriels américains. Mais les opinons européennes devront rester attentives, et exiger dans les prochains jours que les pas en direction de la Russie ne se ralentissent pas, mais s'accélèrent. Ceci d'autant plus que n'importe quelle provocation, montée par un Porochenko hystérique aux ordres de Washington, pourrait tout remettre en cause d'un jour à l'autre, autrement dit nous reconduire aux portes de la guerre nucléaire.

Il sera temps ensuite pour l'Europe, ce risque mortel enfin écarté, de s'engager dans la coopération euroRIC évoquée plus haut. Faut-il préciser ici que lorsque nous employons le terme d'Europe, c'est par un reste de rêve européen. Il vaudrait mieux dire l'Allemagne et la France. Quand on voit les guignolades d'un Tusk ou d'un Cameron, on ne peut qu'avoir honte de partager avec eux le qualificatif d'européen.

12/02/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire