Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le projet de gazoduc Turkish Stream se met en place

On se souvient que le projet de gazoduc Russie-Europe du sud dit South Stream avait finalement été suspendu sur décision de Vladimir Poutine confronté aux obstacles croissants mis par l'Union Européenne, sous la pression américaine

(voir notre article: Abandon de South Stream, l'Europe perdante sur tous les tableaux, http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1583&r_id= )

La Russie avait annoncé ne pas vouloir renoncer à l'exportation de gaz vers l'Europe. Le choix a donc été fait de relier la Turquie à la Russie par un tube passant au fond de la mer Noire, débouchant sur un terminal (dit hub) en Turquie. Les pays désireux de se procurer du gaz russe pourront venir s'approvisionner à ce terminal, par l'intermédiaire dans un premier temps de navires gaziers. La Turquie elle-même s'y approvisionnera.

Or le projet est en train de se concrétiser. Le PDG de Gazprom Alexeï Miller, à l'issue de sa rencontre avec le ministre turc de l'Énergie Taner Yildiz, a expliqué que d'ici 2020, Gazprom pourra ainsi mettre fin au transit du gaz via l'Ukraine (dont pour le moment une partie non négligeable fait l'objet de prélèvements illégaux). La construction de Turkish Stream devrait être achevée avant cette date. De son côté, l'Europe pourra construire des gazoducs pour recevoir du gaz russe depuis la Turquie. On sait que par ailleurs l'Europe du Nord, notamment l'Allemagne, importera l'essentiel de son gaz russe via le gazoduc North Stream, déjà en fonctionnement pour partie depuis 2012.

Le gazoduc Turkish Stream suivra l'ancien itinéraire de South Stream sur 660 km environ, puis sur 250 km empruntera un nouvel itinéraire vers la partie européenne de la Turquie. Des difficultés importantes avaient été soulevées du fait de la Turquie, qui veut bénéficier de prix favorables pour l'achat de son gaz, avec une réduction d'environ 15%. Il conviendra aussi de se mettre d'accord sur l'itinéraire du gazoduc en territoire turc.

Les négociations ont suffisamment progressé pour que les premiers travaux de reconnaissance technique puissent bientôt commencer. L'Europe doit-elle se réjouir? Comme nous l'avions indiqué dans notre article précité, le Turkish Stream donnera à la Turquie des moyens potentiels de pression sur les Européens, tant au plan commercial qu'éventuellement politique. Cela n'aurait pas été le cas avec le gazoduc South Stream.



03/02/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
qui fait quoi avec ses tubes énergétiques
10/12/2015 01:11:34 | Par : AVRIL
et si la Syrie de Bachar devait connaitre le sort de l' Irak s'en serait finie de l' Europe donc la syrie laïque est la clé de voute qui resiste aux déistes y compris nos alliés outre atlantiques In god we trust la france a définitivement perdue tout crédit il est loin le temps du non à l'aventure guerrière bushiste, Irak nous sommes en cours d'ukrainisation avec une économie ubérisée
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire