Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Maxime Chaix. Guerre néolibérale et déclin démocratique

Maxime Chaix est chercheur indépendant, titulaire de diplômes en sciences politiques obtenus dans deux universités françaises et une université italienne. Il est le principal traducteur francophone des livres de Peter Dale Scott (http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Dale_Scott).
Tout autant sinon plus que d'autres, il défend l'identité et les valeurs de la nation française, reconnues dans un grande partie du monde, comme l'ont montré les manifestations d'une exceptionnelle importance s'étant déroulé les 10 et 11 janvier en hommage aux victimes des attentats ayant frappé la France en début de mois. Mais il veut nous mettre en garde. Il rejoint en cela le discours que nous tenons et partageons avec d'autres sur ce site, même si nous ne nous exprimons pas nécessairement dans les mêmes termes que lui
Aujourd'hui la nation et ses valeurs sont mises en danger – certains diront sont en voie de destruction rapide – par le jeu des intérêts financiers internationaux, qu'il nomme ici le néo-libéralisme. Il en est de même de celles des autres nations européennes, dont les dirigeants ont manifesté à Paris le 11. Les valeurs de ces nations sont elles aussi en voie de destruction: autorité des institutions publiques, rôle des Etats-providence, entreprises nationales et locales, cultures historiques. Tout est nivelé par les multi-nationales de la finance, sous prétexte de concurrence et de rentabilité. Mais les citoyens de la base censés profiter de ces tables-rases n'en tirent aucun bénéfice. Accablés de dettes et devenus insolvables, comme leurs Etats, il ne leur reste plus qu'à se vendre aux plus offrants.
Or c'est autour de Wall Street et de Washington que s'organise cette mise à l'encan du monde, avec des relais dans toutes les places financières. Dans chaque Etat, des minorités de dirigeants politiques, d'oligarques, de représentants de médias se sont mis au service de ce qu'il faut bien appeler l'Empire américain pour aider celui-ci à étendre sur le monde une nouvelle colonisation économique et intellectuelle, relayée par les réseaux numérique. Contrairement à ce qu'ils prétendent eux-mêmes, l'Empire qu'ils servent ne cesse de s'étendre et d'accumuler les succès, comme nous l'avions écrit dans un article récent, qui fut fort critiqué, qualifié par certains de sortie de route « Le triomphe de l'Empire » http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1598&r_id=
Aucun des dirigeants qui ont défilé à Paris le 11 janvier ne reconnaitraient évidemment que, s'ils doivent lutter très légitimement contre le terrorisme islamique, ils devraient aussi lutter contre la dictature néo-libérale. Il en est de même d'ailleurs de la lutte contre ce terrorisme islamique. Si nous pouvons nous citer à nouveau, nous avions indiqué dans un autre article « Les aberrations de la politique française au Moyen-Orient » http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1614&r_id= que l'ancienne action diplomatique dite politique arabe de la France, reprise par Charles de Gaulle, avait permis à notre pays de maintenir une cohabitation entre nos ressortissants et les représentants des diverses religions et cultures, non seulement au Moyen Orient et en l'Afrique francophone, ainsi bien sûr en priorité au Maghreb, une fois terminée la désastreuse guerre d'Algérie.
Mais cet équilibre fragile, dont bénéficiaient aussi les nations européennes, a volé en éclats sous les coups des intérêts économiques et politiques de l'Amérique, s'appuyant sur les pires théocraties et pétrothéocraties qui demeurent au monde. Ce sont ces pétrothéocraties, et indirectement Wall Street et la Maison Blanche, qui financent le terrorisme islamique, dont on ne voit pas aujourd'hui ce qui pourrait l'arrêter, sinon la révolte des peuples eux-mêmes, y compris de leurs composantes musulmanes.
Cela, les chefs d'Etats et de gouvernements européens qui ont manifesté à Paris le 11 janvier le savent parfaitement. Dans certains cas, eux-mêmes ont armé et continuent à encourager les milices terroristes, derrière une guerre contre Daech qui reste de façade. Bien plus, ils ont accueilli les larmes aux yeux les déclarations de soutien de Barack Obama et de John Kerry, au lieu de les appeler à un peu plus de retenue et de décence.

Europe solidaire 11 janvier 2015
Lire Maxime Chaix

Maxime Chaix 16/06/2014 Le fascisme réel
http://www.dedefensa.org/article-le_fascisme_r_el_10_06_2014.html
 
Maxime Chaix 10/01/2015 Al Qaïda, terroriste en France, Alliée en Syrie
http://www.dedefensa.org/article-al-qa_da_terroriste_en_france_alli_e_en_syrie_10_01_2015.html
11/01/2015
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire