Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Medvedev joue-t-il la dissidence?

Chacun a noté que Dmitri Medvedev a fait le 11 décembre une déclaration assez surprenante. Voir in fine mise à jour au 14/12
C'est le Figaro, journal certes très conformiste

« Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a évalué aujourd'hui à 90 milliards d'euros sur deux ans les pertes potentielles de l'économie européenne du fait des sanctions occidentales contre la Russie liées à la crise ukrainienne. ».
"Notre économie a perdu à la suite de ces sanctions probablement quelques dizaines de milliards de dollars", a déclaré Dmitri Medvedev sur la télévision publique russe. Mais "selon les calculs de nos économistes, l'économie européenne, rien qu'avec le renoncement aux contrats avec la Russie et les mesures restrictives, a perdu cette année 40 milliards d'euros et perdra l'an prochain 50 milliards d'euros", a-t-il poursuivi, ajoutant que les sanctions n'étaient "bonnes pour personne".

 Mais c'est aussi l'agence russe RIA Cf RIA http://fr.ria.ru/business/20141210/203192579.
« 
Les sanctions occidentales ont infligé des dizaines de milliards de dollars de pertes à la Russie, a déclaré mercredi le premier ministre russe Dmitri Medvedev.

"En principe, le prix de telles décisions se chiffre en dizaines de milliards de dollars. C'est-à-dire que notre économie a perdu des dizaines de milliards USD en raison de ces sanctions", a indiqué le chef du gouvernement dans une interview accordée aux chaînes de télévision russes.

Dans le même temps, l'économie des pays européens a également subi des pertes importantes dues aux mesures restrictives réciproques.

"Selon les calculs de nos économistes, l'annulation des contrats avec la Fédération de Russie a infligé, à elle seule, des pertes pour 40 milliards d'euros à l'économie européenne, et l'année prochaine ce chiffre atteindra 50 milliards d'euros", a fait savoir M.Medvedev. »

Peut-on tirer des conclusions de ces déclarations? Medvedev joue-t-il une carte personnelle, nettement anti-Poutine, en se conciliant ainsi les lobbies occidentalistes très puissants à Moscou? Prépare-t-il au contraire une démarche plus conciliante de Poutine à l'égard de Washington, qui suscitera inévitablement la colère des nationalistes russes.

Sur le fond, c'est-à-dire sur les pertes infligées par les « sanctions » à la Russie, le montant de quelques dizaines de milliards ne devrait pas beaucoup affaiblir la Fédération, si celle-ci poursuivait le grand projet de rapprochement avec les BRICS, notamment la Chine, rapprochement civil mais aussi militaire. En matière de privations, la population russe, même occidentalisée, sera capable d'en supporter d'autres.

Mise à jour au 14/12. Aujourd'hui la question est de savoir si les "sanctions" affaiblissent ou non gravement la Russie, à l'extérieur comme à l'intérieur, comme Washington l'affirme. Mais avoir des données à jour sur ces questions sera difficile à court terme, pour de nombreuses raisons: manque d'indicateurs fiables, volonté légitime de la Russie de ne pas donner d'informations aux fous furieux du Congrès américain qui hier encore voulaient renforcer les “sanctions” y compris en distribuant des armes létales à Kiev ou à d'autres excités, voire relancer le programme de mise en place en Pologne de missiles balistiques éventuellement nucléaires .  Il faudra voir aussi si et comment la réorientation de la Russie vers le Brics pourra relancer l'économie russe, et dans quels délais.
 

11/12/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire