Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Une terrible accusation de Howard Bloom

Nos lecteurs connaissent Howard Bloom 1), que nous avons souvent cité. Il s'agit d'un politologue scientifique américain, dont les travaux aux multiples facettes ont abordé la question du progrès, de la puissance industrielle et plus généralement de l'évolution du monde actuel. Il ne s'est jamais exprimé à la légère, ce qui a toujours fondé sa crédibilité.

Or aujourd'hui il porte une accusation terrible. On lira son article 2) sous la référence ci-dessous. Il juge que les deux accidents successifs qui ont affecté les entrepreneurs privés de l'espace, dont nous avons rendu compte 3) ont été provoqués par ce qu'il nomme le Spatial Military Industriel Complex. (SMIC). Il s'agit d'un volet moins connu mais très actif du Complexe militaro-industriel CMI) américain. Il rassemble la presque totalité des géants industriels qui constituent le CMI et qui poussent en permanence les Etats-Unis à la guerre. Ces mêmes géants industriels ont toujours poussé, parallèlement, à la conquête de l'espace.

C'est en principe la Nasa qui a toujours été en charge de cette démarche, ceci depuis le programme Appolo dédié à la « conquête » de la Lune, élément important de la compétition avec l'URSS dans le cadre de la guerre froide. Mais en fait, en sous-mains, à force de lobbying notamment électoral, ce furent toujours les industriels du SMIC qui ont tenu la main.

La montée du secteur privé américain

Mais les temps ont bien changé depuis pour la Nasa et pour l' « espace américain ». La perte d'intérêt de l'opinion pour les questions spatiales, comme les restrictions budgétaires imposées à l'Etat fédéral, ont diminué quelque peu les crédits publics. Dans le même temps, des entrepreneurs multimilliardaires privés ont prétendu pouvoir fournir des solutions plus rapides et moins coûteuses que ne le seraient celles de la Nasa. Il s'agissait dans un premier temps d'organiser du tourisme spatial en espace dit sub-orbital. Mais des tâches beaucoup plus importantes, comme celles consistant à ravitailler la navette spatiale, avaient été entreprises. Or comme indiqué en introduction, deux accidents graves ont affecté ces deux programmes 3)

Le SMIC n'avait pas renoncé à pousser la Nasa vers de nouvelles grandes opérations, intéressant la Lune ou Mars. Mais récemment, ces programmes semblaient en difficulté. C'est le cas concernant le Space Launch System de la Nasa. Derrière de tels programmes se trouvent les industriels du SMIC. Mais leurs conflits internes , selon Howard Bloom, paralysent les travaux. De plus, ils cherchent dans l'immédiat moins des résultats qu'accéder à des contrats publics. Howard Bloom cite en désastreux exemple de cette politique l'avion dit du siècle JSF F35 qui vraisemblablement n'aboutira jamais. Grâce à Philippe Grasset, ce cas est bien documenté sur son site Dedefensa.

Or le SMIC a vu d'un très mauvais oeil le développement des programmes des entrepreneurs privés, pour deux raisons principales. Ils prétendent pouvoir réaliser de tels programmes à des coûts bien moindre que ceux de la Nasa. D'autre part ils ont mis en place des solutions bien plus simples que celles proposées par le SMIC. Notamment pour le lanceur Antares qui comportait d'un moteur russe ancien mais recyclé. Aussi leurs projets ont fait l'objet de multiples critiques, diligentées en sous-mains par le SMIC, mais auxquelles la Nasa a fait volontiers écho. Le thème en était que l'Espace est une affaire trop sérieuse pour être confié à des aventuriers fussent-ils couverts de succès dans d'autres domaines. Il faut dire que nous pensions de même et que nous avions formulé ces mêmes critiques.

Accidents, et mort d'homme, bien venus

Mais selon Howard Bloom, ces arguments ne portaient pas auprès du public. Il fallait donc que le SMIC agisse de façon plus spectaculaire. C'est ainsi que sont survenus les deux accidents de Virgin Galactic et de Antares. Beaucoup d'observateurs en ont conclu qu'effectivement l'espace ne pouvait pas être une activité commerciale, surtout si celle-ci implique la vie de clients non professionnels. Ne cherchez pas qui sont les responsables de ces accidents, nous dit Howard Bloom. Cherchez à qui profite le crime. Les entrepreneurs privés ne renonceront pas, affirment-ils. Mais dans l'immédiat leur démarche est bien plus difficile.

L'accusation est si terrible qu'elle devrait provoquer une tempête de protestations, y compris dans l'opinion. A notre connaissance, cela n'a pas été le cas jusqu'à présent. Les citoyens il est vrai sont sans doute si habitués à constater les forfaits du MIC, aux Etats-Unis tout au moins, qu'ils ne s'étonnent désormais plus de rien.

Pour ce qui nous concerne nous continuons à penser que les acteurs publics, Nasa, Esa, ne devraient pas passer la main. Mais il faudrait que les Etats les financent et qu'ils les contrôlent mieux, notamment en ce qui concerne la Nasa. Ceci d'autant plus que les programmes spatiaux sont des programmes d'avenir, susceptibles de multiples retombées. C'est ce qu'ont bien compris dans l'immédiat la Chine et l'Inde.


Notes

       1. Howard Bloom. Son site http://howardbloom.net/

  1. Voir Howard Bloom http://www.kurzweilai.net/who-blew-up-the-rocket?utm_source=KurzweilAI+Weekly+Newsletter&utm_campaign=660b4ae9b6-UA-946742-1&utm_medium=email&utm_term=0_147a5a48c1-660b4ae9b6-281965441

  2. Cf nos articles. Voir par exemple sur Le Virgin Galactic http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/150/actualite.htm#actu7

    et sur Antares http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2014/150/actualite.htm#actu6

        4. Space Launch System de la Nasa http://fr.wikipedia.org/wiki/Space_Launch_System


08/11/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire