Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le tourisme spatial reporté sine die. Qui s'en plaindra?

Si ce n'était la mort d'un des pilotes, l'écrasement dans le désert de Mojave le 30 novembre de l'engin spatial dit Virgin Galactic réjouirait plutôt ceux qui considèrent que l'espace est un domaine trop sérieux pour être laissé aux intérêts financiers privés.

Il s'agit après l'auto-destruction de la fusée relatée dans notre brève précédente (explosion du lanceur Antares) d'un nouvel accident qui selon beaucoup d'experts, risque de reporter sine die les perspectives, sinon des vols commerciaux, du moins de ceux visant à promouvoir le tourisme spatial. Rappelons que l'on désigne par ce terme les séjours de quelques heures (en altitude dite suborbitale) à quelques jours en orbite autour de la Terre de touristes assez fortunés pour dépenser la somme de $250.000.

C'est le multi-milliardaire britannique Richard Branson, patron du conglomérat multi-services Virgin, qui avait il y a quelques années décidé d'ajouter cette nouvelle corde à son arc. De l'avis de l'expert spatial Marco Caceres, directeur des études spatiales pour le Teal Group, la démarche de Branson avait été bien trop précipitée, supprimant certains essais en vol indispensables pour tester un système de cette complexité. Branson par contre s'était occupé à rassembler les candidatures de plus de 300 célébrité désireuses d'être les premières à participer à un vol de quelques heures qui en fait ne présente guère d'intérêt, les vues de la terre prises de l'espace étant désormais surabondantes. Il préparait par ailleurs une série de téléréalité sur le sujet, toutes activités susceptibles de rentabiliser l'investissement et mieux contribuer aux campagnes publicitaires de Virgin.

Le système proposé, SpaceshipTwo, consistait en un avion quadrimoteur à deux fuselages capable d'atteindre de hautes altitudes. Il s'agissait d'une extrapolation du système SpaceshipOne, premier vaisseau privé ayant atteint la frontière de l'espace en 2004. Il comportait entre les fuselages la cabine spatiale proprement dite, prévue pour six passagers et deux pilotes. Cette capsule devait se détacher du porteur pour ensuite atteindre par ses propres moyens les altitudes suborbitales. Elle devait ensuite retourner sur terre, pour se poser sur une base spatiale privée concédée par l'administration fédérale à Branson. Compte tenu des informations disponibles, elle aurait perdu le contrôle de sa trajectoire lors du voyage de retour, pour une raison encore inconnue. Les analyses de l'épave en diront peut-être plus.

Selon Marco Caceres, cet événement devrait retarder de plusieurs années, sinon plus longtemps encore, les perspectives de vols commerciaux orbitaux commerciaux. Nous ne nous en plaindrons pas pour notre part. Encore une fois le milieu spatial est trop complexe pour pouvoir être sous-traité par les agences spatiales publiques à des aventuriers du big business, surtout lorsqu'il s'agit de transporter des clients humains. Mais ce soir 1er novembre, Richard Branson déclare ne pas vouloir renoncer. D'autres entreprises sont sur les rangs.

01/11/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 2
Il faut changer votre expert spatial!
14/11/2014 15:36:17 | Par : cyaxarte
Je suis d'accord pour dire que les vols de Virgin sont sans grand intérêt a priori. Néanmoins,le genre d'engin proposé est à la portée de tout le monde et il est affligeant de lire dans vos colonnes que c'est trop sérieux pour être confié à des intérêts privés.
Il y a par ailleurs un point que vous n'avez, semble-t-il pas vu. Ces vols sans intérêt aujourd'hui préfigurent des vols trans continentaux très rapides comme un Paris Tokyo en 2 heures par exemple. Cela fera comme l'aviation commerciale, on commence par des riches et un jour tout le monde en profitera.

Le space military industrial complex
15/11/2014 18:32:45 | Par : JP.Baquiast
A Cyaxarte
Mon expert spatial persiste dans son point de vue. Mais le vôtre est peut-être le mieux fondé.
En attendant, voyez ce que dit sur le sujet mon autre expert spatial, Howard Bloom. http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1550&r_id=
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire