Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Les Etats-Unis veulent à tous prix imposer un changement de régime au Brésil

Nous avions indiqué dans un précédent article que, derrière la candidature de Marina Silva à la présidence du Brésil lors des élections d'octobre, les Etats-Unis engageaient toutes leurs forces pour provoquer la chute de l'actuelle présidente Dilma Rousseff et replacer le Brésil sous leur influence directe.

Il est en effet devenu quasi vital pour les Etats-Unis d'empêcher que se développe au Brésil et dans les pays d'Amérique Latine se considérant comme alliés du Brésil, des forces politiques suffisantes pour provoquer une réorganisation stratégique globale dont Washington serait exclu.

Dans l'immédiat, il s'agirait d'empêcher que se renforce sous l'influence du Brésil et sans doute aussi de l'Argentine une zone de libre échange et de coopération dite Unasur (Unión de Naciones Suramericanas) rassemblant les deux unions douanières existantes, la Communauté des Nations Andines et le Mercosur (Mercado Común del Sur, comprenant l'Argentine, le Brésil, le Paraguay, l'Uruguay et le Venezuela avec 5 membres associés, le Chili, la Bolivie, la Colombie, l'Equateur et le Pérou). L'Unasur s'opposerait de fait à l'Oas (Organization of American States) que Washington promeut en vue de rassembler les gouvernements sous son influence.

A moyen-terme, il s'agit d'affaiblir la constitution du BRICS, en le privant du soutien d'un Brésil redevenu hostile. Nous avons plusieurs fois exposé le rôle essentiel que jouera le BRICS pour contester le FMI, la Banque mondiale et à terme le dollar. Le BRICS pourra fonctionner sans le Brésil, mais ce dernier, sous l'action énergique de Dilma Rousseff serait un acteur majeur, représentatif de tous les pays latino-américains désirant s'émanciper de Washington, de ses interventions politiques et économiques permanentes, ainsi que de l'espionnage électronique  dont Dilma Rousseff se déclare une adversaire résolue.

Or dans cette guerre aujourd'hui déclarée contre Dilma Rousseff, Washington met toute ses forces, officielles comme occultes, dans la balance. Il s'agit d'abord de faire élire une Marina Silva soutenue par les milieux brésiliens les plus rétrogrades, notamment les églises évangéliques. Mais il s'agit surtout de provoquer un véritable « regime change » dont Washington s'est toujours faite le champion à travers le monde, Amérique latine, Afrique et maintenant Eurasie. Pour cela, tous les moyens sont bons, notamment le recours à la CIA et à des organisations ad hoc promues par elle avec force dollars à l'appui.

Un article de Nil Nikandrov, dans Strategic Culture, donne de ces interventions américaines une description détaillée: « Marina Silva – Part of Plan to Destabilize Brazil ». Le site comme l'auteur s'efforcent de résister à la propagande incessante des grands médias dits « Occidentaux », mais cela ne retire rien, au contraire à la pertinence de leurs analyses.

Les optimistes pensent que le nouveau plan américain échouera, comme d'autres dernièrement à travers le monde. Mais ceci n'est pas sûr, compte tenu de l'enjeu que représentera pour l'Amérique un Brésil redevenu docile.

* Le Brésil en voie de ré-américanisation
http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1486&r_id=

* Le cauchemar de Washington
http://www.vineyardsaker.fr/2014/09/23/cauchemar-washington-se-precise-partenariat-strategique-russie-chine-setend/

* Marina Silva – Part of Plan to Destabilize Brazil
http://m.strategic-culture.org/news/2014/09/23/marina-silva-part-of-plan-to-destabilize-brazil.html


23/09/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire