Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La Suède nous indiquerait-elle la voie?

L'opposition de gauche a remporté les élections législatives en Suède dimanche 14 septembre, selon les premières estimations publiées par la télévision publique SVT à la fermeture des bureaux de vote. Nous n'avons pas ici les chiffres définitifs, mais ils ne devraient pas être très différents

C
es estimations donnaient les sociaux-démocrates en tête avec 31,1% des voix. Les sociaux-démocrates et leurs deux partenaires , les Verts et le Parti de gauche, totaliseraient selon SVT 44,8% des suffrages. Ils devanceraient ainsi nettement la coalition de centre droit au pouvoir, dont les quatre partis rassembleraient 39,7%. Un tel résultat sonnerait la fin du règne du Premier ministre Fredrik Reinfeldt, 49 ans, qui occupe ce poste depuis huit ans.

Ceci est à méditer en France, où les sondages donnent pour l'ensemble des partis de gauche le taux le plus bas obtenu depuis des années. La gauche suédoise se distinguerait-t-elle par un ralliement au social-libéralisme voire au néo-libéralisme encore plus poussé que celui de son homologue française, expliquant son succès auprès des électeurs? ? Pas du tout. Son leader M. Löfven a bâti sa remontée en reprenant les thèmes les plus « éculés » du Conseil National de la Résistance en France à la Libération: maintien d'un Etat socialement protecteur et économiquement interventionniste, refus de la privatisation progressive des services publics et de santé qui fait certes la fortune des entreprises bénéficiaires mais qui satisfait de moins en moins les citoyens.. Ceci à un moment où la gauche française chante à tout va les louanges du PPP, partenariat public privé, défini par le concept: « bénéfices au privé, déficits au public ».

Pour nuancer le tableau, on notera que le succès de la gauche suédoise n'empêche pas la montée du parti des Démocrates de Suède (extrême droite), qui va devenir le troisième parti du pays, avec 10,5% contre 5,7% en 2010. Mais là encore la gauche française n'a pas pu empêcher une montée bien plus forte du Front National.

L'élection pourrait par ailleurs voir l'entrée au Parlement du parti Initiative féministe, donné par le sondage à un peu plus de 4,0%. Or il faut 4% des voix pour avoir des députés. Comme quoi le féminisme traditionnel de la Suède reste bien ancré. Verrait on un tel parti, sous un tel nom, se former en France?

15/09/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire