Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'avenir des relations entre l'Europe et la Russie se joue peut-être en ce moment

De quelles relations parlons-nous ? Ou bien d'une coopération stratégique eurorusse de longue durée, dans tous les domaines importants sur lesquels reposera demain la puissance des grands États, ou bien d'une hostilité pouvant déboucher sur des conflits ouverts, imposée par les États-Unis à une Europe considérée par eux comme une simple base arrière de l'Otan.
La question n'est pas que théorique. Aujourd'hui Washington a clairement relancé une guerre, sinon chaude, du moins tiède, contre Vladimir Poutine. L'objectif est de pousser le Président de la Fédération de Russie à une intervention militaire en Ukraine, aux conséquences qui seraient catastrophiques pour l'image internationale de la Russie. Mais si Poutine n'intervenait pas, cela pourrait provoquer une rébellion contre lui des forces politiques russes radicales, l'accusant de mollesse. Poutine pourrait être renversé par des aventuriers beaucoup plus durs que lui. Cette perspective conviendrait parfaitement à Washington, qui pourrait alors agiter le spectre d'une Russie redevenue stalinienne.

Or l'Europe, plus particulièrement l'Allemagne et la France, n'auraient rien a gagner à suivre les États-Unis dans cette aventure. Elles ruineraient au contraire les perspectives prometteuses d'une future alliance euroBRICS, qui commencerait nécessairement par une alliance eurorusse 1). Certains signes montrent qu'Angela Merkel, et dans une moindre mesure François Hollande (qui apparaît comme un suiveur), l'avaient compris. Ils avaient mis en place avec la Russie un groupe dit des trois, dont l'objectif était de rechercher des solutions communes sur la question ukrainienne. Malheureusement ce groupe des trois, face au développement des combats en Ukraine entre "légitimistes" et "résistants de l'Est", semble être entré en sommeil. Il serait urgent au contraire de le réactiver, et mieux encore, de lui fixer de nouvelles ambitions. Avec un peu de bonne volonté partagée, il pourrait s'intéresser à des dossiers chauds sur lesquels Obama accumule les erreurs et les prises de risque pour la paix du monde : l'Irak, l'Iran, la question israélo-palestinienne notamment.

Mais pour qu'un tel groupe se poursuive et se renforce, il faudrait une démarche positive des gouvernements européens, sortant de leur addiction à un atlantisme de plus en plus dangereux. Il leur faudrait expliquer à leurs opinions publiques, notamment en Allemagne et en France, pays plus réceptifs que ceux de l'Europe orientale, que le vrai allié de l'Europe est désormais Vladimir Poutine. Ce ne peut plus être désormais Obama et son entourage de « néocons » bellicistes. Ceux-ci sont en train de prendre l'Amérique toute entière en otage de leurs délires anti-russes, y compris une Amérique à laquelle beaucoup d'Européens sont restés attachés, à tort ou à raison, depuis la deuxième guerre mondiale.

1) Nous consacrerons prochainement une étude sur cette question,  actualisant des articles précédemment publiés ici.

Reprise et mise à jour d'un article publié le 12 juillet sur
http://www.vineyardsaker.fr/2014/07/12/lavenir-des-relations-entre-leurope-et-la-russie-se-joue-peut-etre-en-ce-moment/


16/07/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire