Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Hillary Clinton à Paris

Les médias français rivalisent de servilité pour célébrer le grand honneur que nous fait Hillary Clinton en venant à Paris dédicacer son livre de Mémoires. La femme du précédent président des Etats-Unis et ancienne secrétaire d'Etat sous Obama, après avoir subi un échec devant ce dernier à la course à la Présidence, n'a pas renoncé. Elle se présente désormais comme une candidate plus que probable aux futures élections présidentielles. Quelles sont ses chances?

Il est difficile de le dire tellement des courants contradictoires et souvent incohérents parcourent actuellement les trois partis qui comptent encore, Démocrates, Républicains et héritiers du Tea Party. Une chose est certaine: c'est le rejet général que subit désormais Barack Obama, présenté comme le président le plus nul de l'histoire des Etats-Unis. Hillary Clinton pourrait-elle en profiter, si elle élabore un programme qui donne l'impression d'un minimum de détermination et d'habileté pour sortir de la marmite de sorcières où s'est plongée aujourd'hui l'Amérique, largement par la faute des précédents présidents.

Pour notre part, n'hésitons pas à dire qu'une présidence Hillary Clinton sera une catastrophe pour la paix du monde. Elle n'a rien compris à la modernisation en cours de la Russie, continuant à vilipender Vladimir Poutine. Nul n'a oublié sa déclaration récente selon laquelle celui-ci, « s'entêtant à protéger la communauté russe et russophone d'Ukraine, se comporterait comme Adolf Hitler dans les années 1930 ». Elle a sans arrêt par ailleurs soutenu les plus extrémistes des nationalistes ukrainiens et les positions jusqu'au boutiste du gouvernement de Kiev. Dans un climat où ces derniers, comme leurs alliés polonais, semble ne pas craindre une guerre nucléaire, une présidente des Etats-Unis qui jetterait de l'huile sur le feu, délibérément ou par bêtise, ferait courir à la planète de grands dangers.

Quand à l'Europe, sous des sourires de façade, éminemment diplomatiques, elle ne ressent pour elle que le mépris. Les gouvernements européens n'ont d'intérêt à ses yeux que s'ils reprennent docilement les orientations souhaitées par le Département d'Etat. Même Angela Merkel, qui la vaut dix fois en intelligence politique, n'attire de sa part que des propos convenus. Quant à François Hollande, n'en parlons pas. Il est vrai que celui-ci a bien mérité l'indifférence qu'elle lui porte, vu son absence totale de personnalité face aux Américains.

En fait, il faudrait faire le tour du monde pour recenser les occasions où elle a donné une image de l'Amérique si fermée qu'elle est désormais refusée par un grand nombre de citoyens américains eux-mêmes, comme le montre une presse d'opposition de plus en plus active. Hillary Clinton est en effet allée pratiquement partout, n'y ayant rien fait susceptible de rester dans l'Histoire, quoiqu'elle prétende dans ses Mémoires. Mais c'est vis-à-vis de la Chine qu'elle pourrait jouer un rôle décisif, en bien ou en mal, si elle était appelée à la présidence.

Ou bien elle accepterait de proposer à l'égard de celle-ci une relation politique sinon constructive, du moins apaisée – ou bien elle poursuivrait l'actuelle politique d'Obama, visant à faire de la Chine le nouvel ennemi de l'Amérique. Cette stratégie peut satisfaire certains éléments du complexe politico-industriel américain, mais elle est sans avenir à terme, vu la puissance grandissante dont se dotera la Chine dans les prochaines années.

Ceux qui, comme nous, considèrent que l'avenir du continent européen réside en grande partie dans une coopération sur un pied d'égalité avec les pays du BRICS, l'arrivée d'Hillary Clinton à la Maison Blanche serait une excellent chose. Elle accélérerait la dédollarisation et la désaméricanisation du monde, permettant aux autres grands ensembles stratégiques de se libérer de leur addiction à l'Oncle Sam.

08/07/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Délibérément par bêtise
08/07/2014 19:14:48 | Par : Christian Merlinki
"une présidente des Etats-Unis qui jetterait de l'huile sur le feu, délibérément ou par bêtise, ferait courir à la planète de grands dangers".
J'ai tout de même l'impression qu'un intrus s'est glissé par mégarde entre les virgules : "ou". Hé hé.
Tant que les USA n'auront pas la peau de l'ours, la fin justifiera les moyens pour l'éventuelle future présidente et, pour cela, elle sera forcée de tempérer ses ardeurs dans sa première période mais pourra compter sur les conseils de cette cacochyme crapule de Kissinger. Pour cette fin, donc, elle s'avisera d'une politique apaisée afin de jouer la carte chinoise contre les coopérations solides qui s'établissent entre Moscou et les capitales d'Asie, une véritable toile d'araignée économique et de sécurité se tisse tous azimuts depuis la Maison Blanche moscovite. Les réserves chinoises en dollars sont une arme à double tranchant tel l'espadon sinusoïdal des Lansquenets et d'aucuns y voient une lame à sens unique, par cécité volontairement orienté sur un nouveau monde. Attention, ce nouveau monde n'est peut-être pas celui que nous espérons, moi et vous. Les deux premières économies mondiales sont si imbriquées commercialement et financièrement à un point qu'elles soient devenues cruellement dépendantes de la bonne santé de l'autre, rien que pour les métaux précieux et composants électroniques, que je doute réellement de cette arme; c'est l'aspect nucléaire de l'économie mondialisée entre ces puissances qui sont comme les frères ennemis, enchaînés commercialement à l'ancienne "soumise" devenue maîtresse et aux anciens "proxénètes" devenus aussi utopiques que le Che. Si la Chine peut brandir cette arme, nonobstant la subreptice liquidation de celles-ci qui reste en l'état actuel une goutte d'eau dans l'océan qui les sépare, les USA nourrissent peut-être un projet révolutionnaire qui les pousserait à suicider leur propre monnaie pour en imposer une nouvelle de leur cru qui serait en adéquation avec les nouvelles réalités du monde globalisé. Et vlan! L'arme de dissuasion s'écroulerait et son propriétaire se noierait dans l'abysse de la septième demeure. Imaginer la Chine avec une telle réserve perdant en une journée toute valeur! Sans compter les Européens s'ils auraient montré trop de signes de reconversion. Les Chinois seraient à la merci de tous les Poucets sur terre voire du Lichtenstein avec à la clef des révoltes à faire trembler la terre, le CHAOS dans ce qu'il a de plus effroyable. User d'une complicité nouvelle avec la Chine, tout en conservant le doux chant de guerre de la meute médiatique pour le premier degré afin d'occuper les opinions publiques et maintenir une pseudo tension diplomatique, peut se révéler intéressante comme outil de contrôle de l'OCS et de gestion sécuritaire commune dans le Pacifique tuyautant avec la plus grande duplicité tous les accords de protection nucléaire auxquels ne croient plus beaucoup le Japon et la Corée du Sud, qui par ailleurs pourrait bien créer la surprise de sceller définitivement la paix avec sa s½ur nordiste qui ne demande qu'à expérimenter un certain capitalisme adouci si on ne la menace plus; avec de surcroît l'atout qu'elle possède déjà l'arme nucléaire dont elle pourrait partager la technologie en échange de projets communs pharamineux concurrençant le Japon. Et lorsque le projet de maîtriser l'Eurosibérie aurait abouti, il sera temps pour le NOM de pavoiser sur la muraille et de célébrer la nouvelle ère bicéphale triomphante. C'est l'heure des élucubrations. Hé hé.
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire