Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Accélération de la dédollarisation

Un tremblement de terre en vue? L'on peut s'interroger

Dans un article précédent Dedollarisation: approche technique ou approche géostratégique , nous avions actualisé les informations dont nous disposions précédemment concernant un phénomène qui semble se préciser et dont il est clair qu'il bouleversera s'il aboutit l'ordre actuel des pouvoirs économiques et politiques dans le monde.

Nous saurons ce qu'il en sera à la publication des résultats du prochain sommet des BRICS à la mi-juillet. Cependant, une interrogations s'est faite jour. La dédollarisation sera-t-elle principalement impulsée par Vladimir Poutine en réaction aux « sanctions » de l'Amérique, ou le sera-t-elle par les Chinois? Un article dont nous publions ci-dessous des extraits, avec l'accord de son auteure, journaliste économique bien connue publiant sous le nom de Caro sur les sites alternatifs Réseau international et Wikistrike, précise une hypothèse intéressante. Ce serait en fait la Chine qui serait l'élément moteur de ce qu'il faut bien appeler une offensive internationale  contre le dollar.

La Russie s'y serait associée depuis les premières réunions consacrées à ce sujet par les BRICS, mais pour la Chine il s'agirait d'un enjeu encore plus important: échapper à l'emprise encore très forte des multinationales américaines investissant en dollar dans sa zone d'influence économique et, accessoirement, inciter ses propres épargnants à rapatrier vers le Trésor chinois les très nombreuses dizaines de milliards (nous n'avons le chiffre exact) investis par eux en bons du Trésor et autres emprunts américains. Cet argent profite directement aux politiques de puissance des Etats-Unis. Or le temps n'est plus de faire de cadeaux à ceux-ci, vu les offensives tous azimuts contre la Chine qu'a entreprises Barack Obama dans sa vaste politique dite de retour (y compris militaire) vers le Pacifique.

Nous avons précédemment indiqué que la mise en place d'une zone monétaire rouble-renminbi s'accompagnerait de différentes mesures destinées à rendre celle-ci attrayante pour l'ensemble des BRICS, comme pour d'autres pays voulant échapper à l'omniprésence du dollar et aux manoeuvres agressives de la FED. Une ou plusieurs banques d'investissement seraient créées, ainsi qu'un Fonds monétaire BRICS sur le modèle du FMI. Les épargnes en monnaies nationales pouvant être mobilisées dans les pays-membres y seraient redirigées. La Chine et les pays du sud-est asiatique pouvant se rapprocher d'elle seraient les premiers à en bénéficier. Mais la Russie tout autant. Même s'il ne faut pas entretenir de vues idylliques concernant une éventuelle absence de compétition entre la Russie et la Chine, il est bien évident que, nécessité obligeant, la coopération l'emportera sur les rivalités.

La zone euro

Ceci posera de plus en plus, comme nous l'avons souligné, la question du rôle que la zone euro voudra jouer dans ce nouveau paysage. Ou bien les gouvernements la composant voudront poursuivre une politique de subordination à l'égard du dollar et de l'Amérique, ou bien ils décideront de s'émanciper. Or il est évident que les choix politiques des gouvernements de la zone euro, laquelle a désormais autant de poids que la zone dollar, seront décisifs pour le succès d'une future zone monétaire BRICS. Il ne s'agirait pas pour l'Europe d'entrer dans cette zone BRICS, mais de négocier avec elle des accords bénéficiaires pour les deux parties.

Ainsi, dans un premier temps, les pays européens pourraient contribuer à alimenter en euro le futur fonds monétaire BRICS ou les futures banque d 'investissement. De même des entreprises européennes, méditant la punition infligée par les Etats-Unis à la BNP française, qui avait eu le tort d'opérer en dollars (hors d'ailleurs de la zone dollar) pourraient le faire soit en euros soit, à l'intérieur de la zone BRICS, en rouble-renminbi.

Mais pour cela il faudra que les pays européens et leurs gouvernants s'affranchissent de leur addiction au dollar et plus généralement de leur subordination à l'égard de Washington. Cela sera difficile, car cette subordination s'est mise en place dès la fin de la seconde guerre mondiale. Il faudra aussi que la Banque centrale européenne échappe aux pressions de Wall Street. Rappelons que son président actuel Mario Draghi fut pendant plusieurs années le vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs. Cela, quelque soit l'honnêteté du personnage, laisse des traces.

Cependant, en Allemagne et en Italie, voire en France, de plus en plus de responsables industriels et scientifiques considèrent avec un intérêt croissant les opportunités d'investissements croisés qui pour en temps encore, seront offertes par la Russie et la Chine. Ils pousseront sans doute les responsables de la zone euro à développer des coopération avec la zone monétaire BBRICS, si celle-ci voit le jour. Ceci afin de ne pas en être tenus à l'écart. Ce sera l'amorce d'un futur euroBRICS qu'avec d'autres nous appelons depuis longtemps ici de nos voeux.

Jean-Paul Baquiast
Jean-Claude Empereur
05/07/2014

________________________________________________________


Article de Lucie Couvreur (pseudo) 04/07/2014

Dollar KO  par encerclement : les Chinois sont bien les champions du monde du jeu de GO 

Voir l'original et les réactions sur http://blogs.mediapart.fr/blog/lucie-couvreur/040714/dollar-ko-par-encerclement-chine-et-brics-sont-en-train-de-gagner

Depuis le début du mois de Juillet , les annonces en provenance de la Chine s'enchaînent inexorablement  .. et elles sont toutes primordiales 

Tout d'abord , sur la Chine elle même 


1
La  Banque Centrale de Chine vient de ratifier un accord avec Londre pour une conversion Yuan /Livre Britannique 

Le London Stock Exchange Group (LSEG) a signé mardi des accords avec deux banques publiques chinoises pour stimuler le commerce offshore du yuan au Royaume-Uni.

Un partenariat avec Bank of China (BOC) permettra au LSEG et à l'organisme de crédit d'évaluer et d'établir conjointement les règles de compensation et le processus de financement de futurs produits libellés en yuans, a indiqué le LSEG dans un communiqué publié sur son site internet hier. Bank of China, troisième plus grand organisme de prêt en Chine en termes d'actifs, vise à devenir un membre de la LSEG.

« La Chine sera en mesure de raccourcir le processus d'internationalisation de sa monnaie d'au moins 10 ans si elle peut puiser dans le marché européen », a expliqué M. Dai. « Londres est un bon lieu de départ, car la ville a de l'expérience dans le commerce de devises étrangères et parce que les résultats de son marché financier ont un fort impact sur les pays de la zone euro. »


 2) La Chine vient de prendre contact et signer des accords avec deux banques centrales Européennes : 

La Banque centrale du Luxembourg 

La Banque de France 

La banque centrale signe deux MoUs avec des banques centrales européennes

Le contenu de cet accord est très important car il précise que : 

La signature de ce MoU est une première étape vers la création d'une infrastructure de compensation et de règlement des transactions en renminbi à Paris.

Cela veut dire que désormais , les flux de capitaux ne seront plus contrôlables par les deux chambres de compensation Européennes  qui ne le sont pas (européennes) : Euroclear et Clearstream , puisque même si Clearstream appartient à Deutsche Boerse sur le papier , il semble bien que les actionnaires soient situés sur le territoire américain  , et Euroclear appartient à JP MORGAN 

Pourquoi le Luxembourg ? 

Parceque ce pays étant le premier pays en détention de capitaux , il est essentiel de faire que les transferts qui avaient un peu l'habitude de se diriger vers les paradis fiscaux américains  ou Britanniques puissent se diriger vers l'Asie en toute discrétion . 

De plus en signant séparément avec des Banques centrales nationales , La Chine neutralise toute opposition intervention de Draghi sur ces sujets.

3) La Chine crèe une Banque Mondiale concurrente

Jusque-là, 22 pays ont pris part à ce projet qui a pour ambition de créer une nouvelle « Route de la Soie », un réseau ancien de routes commerciales entre l'Asie et l'Europe, reliant la ville de Chang'an (actuelle Xi'an) en Chine à la ville d'Antioche, en Syrie médiévale (aujourd'hui en Turquie).

L'institution de développement devrait porter le nom d'Asian Infrastructure Investment Bank (AIIB) et couvrir une zone s'étendant de la Chine au Moyen-Orient.

Les financements devraient notamment servir à développer des infrastructures dans toute la région, dont une ligne de chemin de fer colossale reliant Pékin à Bagdad, selon des sources citées par le Financial Times.

4) Elle a d'autant plus les moyens de ses ambitions que les banques Chinoises représentent désormais 1/3 des profits mondiaux 

et les trois premiers investisseurs mondiaux sont : 

Les trois premiers investisseurs mondiaux en 2013 étaient le chinois PetroChina avec 50,2 milliards de dollars, le russe Gazprom (44,5 milliards) et le brésilien Petrobras (41,5 milliards). Total est le septième plus gros investisseur avec 30,8 milliards, devant EDF (17e avec 18,4 milliards) et GDF Suez (43e avec 10,4 milliards).

http://www.romandie.com/news/Linvestissement-en-baisse-au-niveau-mondial-en-2013-greve-par-les/492763.rom

 Ce sont des pays qui n'ont pas abandonné le pouvoir régalien de création monétaire et dans lesquels l'Etat garde le contrôle sur ces entreprises.

Comme quoi la libéralisation des services énergétiques  n'est pas favorable à l'investissement , les chinois , les Russes et le Brésil l'ont bien compris

5 ) La Chine vient de signer un contrat total de Libre Echange avec la Suisse .. 

C'est le premier traité de ce genre que l'Empire du Milieu passe avec un pays d'Europe.

 Les suisses se sont ainsi mis à l'abri des délires et des diktats  de l'Union Européenne , bien souvent dictés par Washington .

6 ) Le prochain sommet des BRICS va être très dense : Nouvelle architecture Financière 

avec en particulier Un Fonds de Réserve monétaire nommé Accord de Fonds de Réserves («  Contingent Reserve Arrangement (CRA) » en anglais) et une banquede développement, appelée Banque BRICS, rempliront les fonctions de mécanisme multilatéral d'appui aux balances des paiements et fonds de financement de l'investissement. De facto, les BRICS prendront leurs distances avec le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BM), institutions crées il y a 70 ans sous l'orbite du Département d'Etat au Trésor des Etats-Unis d'Amérique. Au milieu de la crise, les deux initiatives ouvrent des espaces de coopération financière face à la volatilité du dollar, et des alternatives de financement pour les pays en situation critique sans les soumettre à conditions à travers des programmes d'ajustement structurel et de reconversion économique.

Ce nouveau sommet des Brics mettra le FMI sur la touche ..

 Laissant de coté que, contrairement à l' « Initiative Chiang Mai » (Chiang Mai Initiative en anglais, dont font partie la Chine, le Japon, la Corée du Sud et 10 économies de l'Association des Nations du Sud Est asiatique), le CRA BRICS pourra se passer de l'aval du FMI pour réaliser ses prêts, ce qui garantit une meilleure autonomie face à Washington. La guerre des devises des économies centrales contre les économies de la périphérie capitaliste exige sa mise en œuvre dans de brefs délais.

7) L'Argentine est invitée à ce sommet 


8) Accords Chine /Corée du Sud 

South Korea and China have agreed to create a market for direct trading of the yuan and won, which is hoped, will help reduce the pressure of the US dollar, as well as cut foreign exchange costs and boost bilateral investment.

9) Création d'un Fonds Monétaire Africain 

Le FMI semble être lui aussi de plus en plus marginalisé 

 
10) Déclaration de Mr NOYER (Banque de France ) sur les conséquences de la condamnation BNP sur le dollar 


 _____________________________________________

Dans ce contexte  , il est évident que la dédollarisation est en train de prendre une ampleur sans précédent  . La puissance des USA vient aussi du fait que le dollar est la monnaie étalon planétaire . Si il perd ce rôle , les USA n'ont plus de pouvoir , ni de contrôle .  Ils deviennent un grand pays comme un autre . 

Et c'est bien cette dédollarisation qui est en train sans doute de provoquer des fuites massives de capitaux en dehors du territoire américain. Le premier Etat qui risque de faire faillite est bien l'Etat Américain qui n'arrive plus à se financer . 

Alors ils essaient d'imaginer des solutions démentes comme taxer la revente des T bonds .. Mais quel serait l'investisseur assez fou pour acheter un actif financier qu'il ne pourra revendre sans risquer une perte financière majeure ? 

Ou ils décident d'allonger unilatéralement les maturités obligataires 

Ou encore , comme vient de l'annoncer Christine Lagarde, patronne du FMI , de faire des saisies sur les assurances vies   .. Ce qui aurait un double avantage , provoquer une panique Européenne pour faire revenir des capitaux aux USA . 

Mais toutes ces décisions sont désormais totalement inefficaces , pire , elles vont empirer les situations , comme vient sans doute de le faire l'amende infligée à la BNP  qui en dehors du chantage politique sur l'armement livré à la Russie  a sans doute également obéi à cette logique d'essayer par tous les moyens de rapatrier des capitaux sur le territoire américain. 

Pourquoi : parce qu'il faudrait une vraie stratégie politique  pour imposer une politique économique et sociale aux financiers qui la refusent et que cette stratégie n'est possible que si l'Etat a conservé un pouvoir régalien qui est celui de la création monétaire .. 

Ce qui est le cas de tous les pays des Brics   et c'est la raison pour laquelle leur stratégie est cohérente et efficace  et elle sert l'intérêt général des populations qu'ils représentent .  Les intérêts  des financiers  qui dirigent les Etats Unis (actionnaires de la FED) sont aujourd'hui contradictoires , il n'ont plus de stratégie, ils sont antagonistes avec les intérêts de leurs clients  ainsi que  ceux du peuple américain.

 En Europe , pas plus qu'aux USA , il n'y a désormais de pilote dans l'avion .. et le dollar est en train de se trouver mis Knock Out par une stratégie cohérente de la part de la Chine et des Brics , ce qui nous promet des turbulences certaines dans le cours de l'été , turbulences qui auront d'énormes impacts économiques et sociaux . 

Avertissement

P.S. : Tous les calculs  des articles cités , en particulier concernant les nouvelles banques de développement ou mondiales en train de se créer sont en dollars par simple sémantique et facilité journalistique . Je ne pense pas que dans le contexte actuel , surtout avec l'exemple de la BNP , ces banques conservent beaucoup de leurs actifs en dollars . 



05/07/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
De la BNP au Mistal et à la dédollarisison
07/07/2014 17:12:20 | Par : JPB
Voir sur ces sujets un excellent article de Dedefensa, daté du 07/07
http://www.dedefensa.org/forum-notes_sur_la_transversale_bnp-mistral-ukraine-dollar_07_07_2014.html
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire