Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Vers un grand Kurdistan ?

La résistance, jusqu'ici victorieuse, des kurdes d'Irak et de leurs peshmergas, militaires relativement bien organisés, face aux brigades de l'Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) fait rêver les kurdes depuis toujours dispersés dans le Moyen Orient, la Turquie et même les nations européennes

Ce qui était pour eux jusqu'ici, et ceci depuis plus de 2000 ans, un rêve impossible, ne va-t-il pas redevenir d'actualité. Le fait que les Américains, et peut-être l'Iran, souhaitent voir opposer une barrière aux djihadistes de l'EIIL qui menacent dorénavant la zone pétrolière de Kirkouk, leur donne une opportunité inespérée de ranimer le projet d'un « grand Kurdistan »

Ce projet était né à la fin du 19e siècle. Divisés depuis 1639 entre les Empires perse et ottoman, les Kurdes revendiquent depuis cette époque l'unité d'un territoire où leur peuple, d'origine indo-européenne, vit depuis l'Antiquité. En 1920, après la chute de l'empire ottoman, les alliés promettent la création d'un grand État du Kurdistan. Mais celui-ci ne verra jamais le jour. En 1923, le peuple kurde est placé sous l'autorité de quatre pays : Turquie, Iran,Syrie sous protectorat français et Irak sous protectorat britannique.

Aujourd'hui, le Kurdistan reste un territoire mythique, sans frontières reconnues, et les Kurdes une nation sans État. Les trente millions de Kurdes du Moyen-Orient n'ont pourtant cessé de lutter pour faire reconnaître leurs droits culturels et politiques, face à des États centralisateurs et répressifs. Mais les divisions linguistiques et religieuses les ont conduits à lutter en ordre dispersé. Aussi bien, les partis politiques kurdes, y compris le PKK en Turquie, semblent s'être résignés à n'obtenir que l'autonomie de chaque minorité kurde dans le cadre des États existants. C'est ce qu'ils ont acquis en Irak après des luttes sanglantes avec Saddam Hussein.

Les évènements actuels semblent pouvoir redonner une actualité au rêve de création d'un Etat kurde, au moins au Moyen-Orient, qui offrirait une aire de (relative) stabilité entre les chiites et les sunnites. Les chrétiens d'Orient, pour leur part, ne pourraient qu'en profiter.

Pour ce qui concerne les Etats européens, et notamment la France, la mise en place d'un Etat kurde solide ne pourrait qu'être apprécié. De nombreuses communautés kurdes vivent en Europe, elles y sont bien intégrées, elles voisinent jusqu'ici pacifiquement, non seulement avec les chrétiens, mais avec les musulmans d'Europe. Cela sera évidemment un sujet de conflit avec la Turquie. Malgré quelques avancées, elle continue à s'opposer à un tel Etat, qui empièterait sérieusement sur son territoire. Mais aujourd'hui, ménager la Turquie, dont les politiques paraissent plus douteuses que jamais, ne devrait plus être une priorité pour les européens.

Les kurdes devront cependant se méfier des offres de coopération militaire émanant de Barak Obama. Il ne s'agira sans doute que de quelques drones, sans troupes au sol. Ce seront les peshmergas qui fourniront les « ressources humaines », au service des intérêts pétroliers et diplomatiques américains. Mais pour ceux-ci, l'allié d'aujourd'hui peut redevenir facilement l'ennemi de demain. Ou l'inverse, comme le constate depuis quelques jours avec circonspection l'Iran.

NB. Voir aussi notre article "Un autre regard sur les conflits au Moyen-Orient  "http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1384&r_i d=




18/06/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
L'Hypocrisie occidentale dans toute sa splendeur
30/03/2017 20:41:24 | Par : sami 117
Diviser le monde musulman pour mieux régner...le colonialisme et la cruauté occidentale n'ont pas disparu ,il n'ont fait que changer de tactique.
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire