Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Longue vie à la fraude fiscale

S'il est un Etat dont on peut regretter la position au centre géographique de l'Europe, c'est bien la Suisse. Pourquoi dire cela d'un pays si apprécié des riches touristes par l'excellence de ses prestations, et de milliers de frontaliers pour les emplois qu'ils y trouvent? Parce que la Suisse héberge des dizaines d'établissements financiers de grande taille dont une part notable du profit provient de l'aide qu'ils apportent aux réfugiés fiscaux du reste du monde.

Derrière la si honorable facade de l'HSBC, la France à son tour découvre les processus mis en place par la Banque pour aider les contribuables français à frauder le fisc. L'enquête judiciaire menée en France sur les contribuables français ayant placé leur argent en Suisse met désormais directement en cause HSBC Private Bank. L'Etablissement est suspectée d'avoir incité près de 3 000 contribuables français à frauder le fisc, pour un montant global estimé à plus de 4 milliards d'euros. Il aurait également mis en place un complexe système de sociétés écrans, destiné à égarer les enquêteurs du fisc.

On ne déplacera pas la Suisse vers d'autres régions du monde riches en paradis fiscaux. Même si la chose était faisable, cela n'enlèverait rien à ses capacités de nuisance, vu l'ubiquité des réseaux utilisés par les spéculateurs et fraudeurs du fisc. De plus, les enquêtes menées parallèlement par des juges français auprès de contribuables suspectés de détournements montrent que ceux-ci, au sein même de l'Union européenne, en Irlande et au Luxembourg notamment, trouvent toutes les facilités nécessaires, non seulement pour dissimuler leurs revenus et patrimoines, mais pour monter des opérations relevant de la criminalité en bande organisé.

La vraie question, que personne n'aborde de front, est de savoir si les gouvernements européens ont acquis une volonté déterminée, non seulement de faire rentrer les milliards évaporés, mais d'éviter que les mécanismes générant la fraude, à une bien plus grande échelle que celle découverte par les juges, puissent continuer à fonctionner.

La réponse devrait être clairement négative. Banquiers, entrepreneurs et gouvernements font partie d'un Système commun qui n'ira jamais très loin dans l'auto-flagellation. Il est bien plus commode d'imposer aux peuples les sacrifices permettant de récupérer 50 milliards de dettes qu'imposer aux maitres du Système de prévenir des détournements s'élevant semble-t-il à des niveaux bien supérieurs.


11/06/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire