Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Les Américains ont détruit. A nous de faire face aux conséquences.

Les médias et les hommes politiques américains s'inquiètent désormais de constater la montée rapide de l'islamisme de combat dans des pays réputés relativement à l'abri. Le 10 juin, après la chute de Mossoul, la deuxième plus grande ville du pays, et de toute la région de Ninive désormais sous contrôle du groupe djihadiste de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), ce sont six secteurs de la province pétrolière de Kirkouk et une région de la province de Salaheddine qui sont tombés dans les mains des islamistes.
Mais que représente ce groupe EIHL? A peu de choses près les mêmes confessions sunnites qui, sous le contrôle de Saddam Hussein, se tenaient relativement tranquilles... Quand les Américains ont décidé, afin de s'emparer de son pétrole, de détruire Saddam et son gouvernement, ils ont déchainé les conflits d'intérêts et les guerres de religion. Aujourd'hui, le premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki, qu'ils avaient contribué à mettre en place, incarne la généralisation d'un pouvoir chiite précédemment contrôlé par Saddam et qui, bien évidemment, suscite d'innombrables résistances provenant des sunnites. Le groupe EIHL et les combattants qu'il recrute ne sont pas seulement des djihadistes, mais des sunnites qui veulent récupérer leurs anciennes positions géographiques. .

Les Américains se sont retirés, laissant Nouri Al-Maliki faire face seul aux troubles inter-religieux. Ils ont beau jeu ensuite de crier alerte, en prévoyant la mise en place d'un émirat islamique qui s'en prendra progressivement à toute la région, et représentera sans doute une menace sérieuse pour les Européens. Mais à qui la faute?

Il en est de même au Pakistan. Il y a quelques jours, des hommes lourdement armés ont attaqué l'aéroport de Karachi, la capitale économique du pays. Depuis des bombes ont explosé, provoquant de nombreux dégâts. L'aéroport est pour le moment inutilisable par les vols civils. On imagine ce que produirait la même situation à Roissy ou à Heathrow. Les assaillant se réclament d'un pouvoir taliban encore mal défini qui prétend conquérir le Pakistan après avoir définitivement reconquis l'Afghanistan. Le Pakistan est un pays soumis à une charia rigoureuse où les femmes sont pendues pour apostasie ou adultère. On ne le plaindra pas de ses difficultés. Mais les Talibans, s'ils s'emparent du pouvoir, en rajouteront encore. Là encore, un émirat islamique risque de se mettre en place, menaçant les Etats de la région et ce qui reste d'intérêts occidentaux. Il disposera d'une arme atomique, ne l'oublions pas.

Les Américains prétendront n'être pas responsables de cette situation. Ne se retirent-ils pas en ce moment d'Afghanistan ? Mais aux origines, si des talibans fanatisés sont apparues dans les zones tribales et au Pakistan lui-même, c'est à la suite de la guerre menée contre eux par les Américains, voulant prétendument venger les attentats du 11 septembre mais en fait mettre la main sur les ressources afghanes. Quant à la prolifération des talibans au Pakistan même, beaucoup d'observateurs font valoir qu'elle résulte des assassinats aveugles perpétrés dans ce pays par des armées de drones américains. Obama avait fait valoir que cette forme de guerre économisait des vies américaines. Tant mieux pour l'Amérique. Mais il n'avait pas voulu écouter les mises en garde du gouvernement pakistanais, concernant le rôle de telles attaques dans l'augmentation des recrutements de talibans de plus en plus audacieux.

Là encore, qui devra faire face à cette situation, alors que les Américains seront bien à l'abri chez eux? De nouveau les Etats de la région, y compris l'Inde, et les pays européens eux-mêmes. Mais ceux-ci, en ce qui les concerne n'auront qu'à s'en prendre à eux-mêmes. Ils ont depuis des années abandonné toute action diplomatique dans une partie du monde où ils avaient conservé de nombreux atouts. Ils ont laissé le champ libre aux intérêts américains, croyant se faire bien voir de la superpuissance, et pouvoir compter sur elle pour combattre des dangers chimériques provenant notamment de la Russie? Aujourd'hui la diplomatie européenne reste inexistante. Faudra-t-il alors s'étonner de voir les terres de djihad se rapprocher progressivement de l'Europe ?

10/06/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire