Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Vers la dé-dollarisation. Que fera la zone euro?

Nous avons plusieurs fois indiqué que les dirigeants de la Russie et de la Chine, a différents niveaux, envisagent dans le cadre des relations économiques entre ces deux pays un accord monétaire visant, soit à remplacer le rouble et le yuan par une monnaie commune, soit à lier de différentes façons ces deux monnaies dans le cadre des échanges sino-russes. L'objectif n'est pas anodin, il vise à remplacer le dollar dans une partie du monde par une monnaie échappant à l'emprise de Washington.


Dans l'ambiance actuelle, alors que Washington et l'Europe mettent en place des sanctions de plus en plus renforcées contre Moscou, cette opération constituerait une riposte de Poutine dont les conséquences pourraient être plus que dommageables pour les Etats-Unis. Une partie des détenteurs de bons du trésor américains libellés en dollars pourraient être tentés de remplacer ceux-ci par la nouvelle monnaie, si elle leur paraît suffisamment fiable.

Or les négociations en vue d'un lien renforcé rouble-yuan vont sans doute commencer à se concrétiser lors de la visite du président russe en Chine les 20-21 mai prochains. Un des objectifs principaux en sera de mettre en place des contrats à long terme par lesquels la Russie assurerait à la Chine des fournitures en pétrole et gaz dont cette dernière a grand besoin. Il serait logique que ces contrats soient libellés dans la nouvelle monnaie commune.

Que se passera-t-il sur le marché international des changes. Certes celui-ci ne se commande pas, ni de Washington, ni de Moscou ou Pékin. Pas d'avantage de Francfort, siège de la Banque centrale européenne, en ce qui concerne l'euro. Ceci dit, les gouvernements peuvent « donner des signes » encourageant les épargnants et les négociateurs de contrats à choisir telle ou telle monnaie. Il y a tout lieu de penser que Poutine et Xi feront en sorte de pousser à ce que l'on commence à nommer une dé-dollarisation du monde.

Si les relations entre partenaires du BRICS se confirmaient, ces derniers comme beaucoup de pays émergents auraient tout à gagner à la dé-dollarisation qui les ferait échapper aux aléas d'une politique menée au sein de la zone dollar pour servir au mieux les visées stratégiques des Etats-Unis.

Se posera alors la question des relations de la zone euro, et de l'euro lui-même, avec la nouvelle zone dé-dollarisée. Nous avons précédemment observé le soin que l'industrie et le gouvernement allemands mettaient à ne pas se fâcher avec Moscou, résistant ainsi aux pressions de Washington. Ils mettront le même soin à ménager leurs rapports avec la Chine. Comme ils seront suivis dans d'autres capitales européennes, ceci pourrait se traduire par des relations plus ou moins organisées entre l'euro et la future monnaie russo-chinoise. Il s'agirait d'un pas important concrétisant la formation d'un axe euroBRICS qui va selon nous dans le sens de l'histoire.

A la suite des élections se déroulant actuellement en Inde, il sera intéressant de voir comment le futur gouvernement indien, pour sa part, se situera dans ce futur grand jeu.

14/05/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire