Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le Pakistan n'est pas l'Afghanistan

Tant que l'Europe, à travers l'Otan, poursuit ses opérations en Afghanistan, elle sera inévitablement à son tour complice d'une éventuelle extension de la guerre sur le territoire pakistanais.

Le nouveau président pakistanais Asif Ali Zardari a pris ses fonctions à Islamabad dans un climat d'inquiétude. Une grave crise économique s'annonce, caractérisée entre autres par une inflation record, la hausse des prix à la consommation, la fuite des capitaux, la baisse de la bourse et l'augmentation des déficits de la balance commerciale. Le Pakistan importe les deux tiers de ses besoins en pétrole. Dans le même temps, le président se trouve obligé de répondre au défi taliban sans encourager un retour en force de l'armée.

C'est le moment que choisi, avec son sens habituel de l'opportunité, George W. Bush pour multiplier à plaisir les provocations. Il a donné son aval à la conduite par l'armée américaine d'opérations militaires terrestres au Pakistan, sans accord préalable du gouvernement d'Islamabad, affirme le New York Times daté jeudi 11 septembre. Selon le quotidien, Les Etats-Unis préviendront le Pakistan de ces attaques, sans pour autant requérir une quelconque autorisation.

Cette décision impliquant des opérations spéciales sur le territoire d'un pays qui est l'un des principaux alliés des Etats-Unis dans la "guerre contre le terrorisme" marque un tournant. Certes, Washington est « exaspéré »  devant l'absence de volonté manifeste du gouvernement pakistanais de s'attaquer aux bases arrière dont bénéficient les talibans et autres "insurgés" dans les zones tribales de la frontière pakistanaise. Mais cela ne fait que confirmer notre opinion que la guerre en Afghanistan ne peut être gagnée. Elle ne peut au contraire que s'étendre jusqu'au Pakistan. Le 3 septembre, des forces spéciales américaines ont mené une opération commando dans un village du Waziristan, tuant quelque 25 "insurgés" qui seraient semble-t-il de simples villageois. L'armée américaine se livre d'autre part régulièrement à des tirs de missiles dans la zone frontalière, ainsi qu'à des opérations conduites par des drones ayant leurs bases au Pakistan même.

Le chef de l'armée pakistanaise, le général Ashfaq Kayani, a vivement réagi à ce raid. "La souveraineté et l'intégrité territoriale du pays seront défendues à n'importe quel prix et aucune force étrangère ne sera autorisée à conduire des opérations à l'intérieur du Pakistan »

Tant que l'Europe, à travers l'Otan, poursuivra ses opérations en Afghanistan, elle sera inévitablement à son tour complice d'une éventuelle extension de la guerre sur le territoire pakistanais. Elle en subira pleinement les conséquences.
11/09/2008
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire