Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Coopération stratégique entre Japon et Europe

L'"amitié" avec le Japon ne devrait pas compromettre les chances d'un rapprochement stratégique EuroBRICS
Du 29 avril au 7 mai, Shinzo Abe, le chef du gouvernement conservateur japonais, effectue un tour d'Europe de neuf jours, se rendant successivement en Allemagne, en Angleterre, au Portugal, en Espagne, en France, et en Belgique.

Lors de son séjour en France, le 5 mai, Shinzo Abe a confirmé que cette visite visait à approfondir les liens économiques et sécuritaires du Japon avec l'Union européenne, en particulier avec la France. Sur le premier point, l'économie, cette initiative ne peut qu'être bien accueillie en Europe. Le Japon reste, malgré ses difficultés récentes, une grande puissance, avec laquelle les liens économiques  et même culturels sont nombreux. A cet égard, la proposition japonaise visant à accélérer les négociations entamées les 15-19 avril 2013, sur un accord de partenariat économique Union européenne-Japon (EPA pour Japan-EU Economic Partnership Agreement), devrait être reçue avec intérêt. Cet accord de libre-échange qui représenterait, s'il aboutissait, quelque 40 % du commerce mondial, ne semble pas présenter les mêmes risques que l'accord identique que Barack Obama presse l'Europe d'accepter – sans d'ailleurs que nul ne puisse encore dire quelles seraient les clauses exactes de ce dernier.

Le Japon a demandé à l'Union européenne d'abolir les droits de douane sur des produits industriels comme l'automobile et l'électronique, tandis que l'Union demande au Japon d'éliminer les droits de douane sur les produits agricoles transformés tels que le fromage. On peut se demander si l' « invasion » de produits industriels japonais en Europe serait compensée par l'exportation de fromage. Mais il faut en discuter de façon transparente. Dans le cadre des relations industrielles France-Japon, il semble que des perspectives intéressantes, d'un intérêt égal pour les deux parties, puissent être concrétisées.

La carte des Etats-Unis

Ceci dit, il faut bien voir que le Japon, pour des raisons stratégiques, joue tout autant la carte des Etats-Unis que la sienne. Les deux pays voudraient en effet unir leurs forces pour combattre l'expansion chinoise dans le Pacifique. Ce serait d'abord au plan économique et diplomatique que la chose se ferait. Mais très vite, il s'agirait de mettre en place une Otan asiatique, rassemblant sous la tutelle américaine un certain nombre d'autres pays qu'inquiéterait la puissance chinoise, y compris au plan militaire.

Le Japon fera ce qu'il veut en ce domaine. S'il accepte de servir de front avancé aux Etats-Unis, ce sera son affaire. Mais en aucun cas les Européens ne devraient se laisser engager dans une croisade contre la Chine qui ne dirait pas son nom, analogue à la croisade contre la Russie que leur a imposé Washington.

Rappelons que pour beaucoup de diplomates et d'industriels, c'est au contraire un rapprochement EuroBRICS qu'il faudrait poursuive, les BRICS étant en priorité représentés par la Chine et la Russie. Les Etats-Unis feront tout ce qu'ils pourront pour rendre impossible un tel rapprochement. Le Japon qui ne fait pas partie des BRICS, les y aidera. La France pour sa part devra choisir. De bonnes relations avec la Chine sont tout aussi importantes pour elle que de bonnes relations prétendues « sécuritaires » avec le Japon. On ne voit pas en quoi Japon et Europe pourraient concrètement partager des intérêts « sécuritaires ».

Les objectifs d'un approfondissement des relations franco-chinoises avaient d'ailleurs été rappelés lors de la récente visite du Premier ministre chinois à l'Elysée. Les bonnes paroles de Shinzo Abe à l'égard de l'Europe et de la France ne devraient pas le faire oublier.

05/05/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire