Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le Royaume Uni bien plus malade économiquement que la France

On insiste beaucoup actuellement sur la nécessité de réduire le déficit budgétaire français de 4,5% (?) aujourd'hui à 3,5% demain Sinon, l'état de la France, déjà qualifiée d'homme malade de l'Europe, ne pourra pas s'améliorer.
Un article récent d'Alexis VARCAZ ( 28 avril 2014), montre que l'homme le plus malade de l'Europe n'est pas la France, mais le Royaume Uni (UK). L'article  est publié par La Synthèse on line, dont par ailleurs nous recommandons la lecture http://www.lasyntheseonline.fr/idees/editoriaux/le_royaume-uni_lhomme_malade_de_leurope,31,3587.html

D'une part aujourd'hui, le déficit budgétaire britannique est, selon l'Office for Budget Responsibility,   « Commentary on the public sector finances », de 6,7% du PIB à environ 11%, selon les données prises en compte. Cela classe l'UK 33ème sur 34 au sein de l'OCDE et 189ème sur 215 pays au classement mondial. Rien par ailleurs ne laisse prévoir que ce déficit puisse être réduit.

D'autre part, les bases économiques sur lesquelles l'UK avait jusqu'ici fondé sa puissance, deviennent de plus en plus aléatoire: la banque menacée par le crise, l'assurance en grande difficulté compte tenu du fait que beaucoup d'entreprises et d'Etats, face notamment au risque climatiques, pratiquent l'auto-assurance, et finalement le pétrole de la Mer du Nord, en voie d'épuisement. Aucun relais industriel d'ampleur n'est actuellement envisagé.

On peut se demander pourquoi dans ces conditions tant de jeunes européens vont s'installer en Grande Bretagne. Ils vantent les mérites de l'absence de réglementation sociale, mais ils oublient le fait que les grandes villes britanniques, à la suite de Londres, sont devenues des « londonistans ». Elles attirent de plus en plus d'immigrants pauvres et peu diplômés, à la concurrence desquels ils se heurteront. Il serait intéressant de savoir combien de starts up créées récemment par les européens, notamment les français, sont capables de survivre...même dans la pâtisserie et la manucure.

28/04/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire