Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La saga des avions ravitailleurs US

Le ministère de la défense américain a annulé, mercredi 10 septembre 2008, son appel d'offres pour le renouvellement de sa flotte d'avions ravitailleurs : un contrat d'une valeur initiale de 35 milliards de dollars, qui portait sur une commande de 179 appareils.

"Dans le temps qu'il nous reste, nous ne pouvons plus faire aboutir une compétition qui puisse être vue comme juste et objective dans ce contexte fortement chargé", a expliqué le secrétaire américain à la défense, Robert Gates. "La période de refroidissement qui en résultera permettra à la prochaine administration de revoir objectivement les critères militaires et de mettre en place une nouvelle stratégie d'acquisition", a précisé le secrétaire d'Etat.

On se souvient qu'en 2003, Boeing avait remporté un contrat sur une commande de cent avions ravitailleurs. La commande avait été invalidée en 2004, à la suite d'une commission d'enquête parlementaire pour "concussion". En 2008, le groupe européen EADS, associé à l'américain Northrop avait remporté un nouvel appel d'offres, un acontrat d'une valeur de 35 milliards de dollars pour fournir cent soixante-dix-neuf avions ravitailleurs. Le contrat avait à nouveau été invalidé par l'audit des comptes publics américain – le Government Accountability Office (GAO) – à la suite d'un recours de Boeing.

En août dernier, le constructeur aéronautique Boeing avait demandé au département de la défense américain un délai supplémentaire de six mois pour pouvoir répondre à l'appel d'offres, estimant ce délai nécessaire pour présenter une offre face au consortium formé par les groupes américain Northrop Grumman et européen EADS. La décision de repousser l'appel d'offres à l'année prochaine devrait donc permettre à Boeing d'améliorer son offre et d'éliminer définitivement son concurrent. Il n'y a pas de petits profits. Mais le nouvel appel d'offres et les délais inhérents à la production puis à la livraison des futurs ravitailleurs  repoussent l'équipement de l'armée de l'air à plusieurs années. Les avions actuels,  Boeing KC-135, seront alors pour certains âgés de près de 80 ans. Un bel âge.

Faut-il en conclure que le Pentagone s'engage dans une politique délibérée d'économies portant sur certains vecteurs, pour contrebalancer les dépenses aujourd'hui programmées. Mais ceci serait en contradiction avec la volonté de moderniser et renforcer les forces conventionnelles, pour faire face à des pays tels que la Russie qui redeviendraient menaçants. En tous cas, les membres  européens de l'Otan qui rêvent encore d'être secourus par les Etats-Unis en cas d'une hypothétique agression russe doivent faire le deuil d'opérations aéroportées faisant un large appel à des avions ravitailleurs de grande capacité.
10/09/2008
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire