Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les raisons d'une déroute électorale de la gauche

Il est illusoire de continuer à prétendre que les élections locales ne mettent en jeu que des intérêts municipaux. Les électeurs, quand ils ont des messages forts à faire passer, utilisent toutes les occasions de consultation électorale pour ce faire.


Hier le 1er tour des élections municipales en France a été marqué par une abstention record particulièrement chez les électeurs de gauche, par une forte montée du Front National sans doute soutenu par beaucoup d'éléments de l'UMP, par enfin ce qu'il faut bien appeler une déroute du parti socialiste.

Même si le 2e tour se traduisait par une remontée plus ou moins forte de la gauche, celle-ci aurait tort de se rassurer. Les critiques portées à l'égard du gouvernement tout entier, comme dans une large mesure à l'égard du président de la République, ne vont guère se modérer. Ce ne sera pas en 8 jours, et sans engagements crédibles pour la suite du septennat, que la gauche pourra se redresser.

Ces critiques, nous en avons souvent analysé les motifs ici. Même si elles ne sont pas aussi clairement formulées dans l'esprit de tous les électeurs, elles ont été suffisamment fortes pour provoquer l'abstention ou les votes de rejet. Disons pour simplifier qu'elles sont au nombre de trois:

- Le fait que la majorité actuelle n'ait absolument pas, en deux ans, même pas en paroles, entrepris de tenter de modifier l'ordre économique et social. Celui-ci se caractérise par la montée croissante des inégalités, séparant une étroite minorité de favorisés et le reste de la population. Il s'agit de 5% de dominants disposant de la richesse, de l'héritage culturel, du pouvoir économique, financier et politique, ainsi que d'un appui massif de médias contrôlés par eux. Le fait qu'une telle situation se retrouve aux Etats-Unis comme en Europe n'excuse pas que le gouvernement français n'ait, malgré ses promesses, rien fait pour tenter de renverser ces inégalités. Si la France avait pesé de tout son poids pour le faire, des changements se seraient produits.

- Le fait que la France se soit pliée sans la moindre résistance aux injonctions venues de l'Union européenne. Celles-ci visent à décourager les investissements dans le pays, amoindrir les services publics, aggraver les risques sociaux, paralyser la recherche scientifique et technique. Ce n'est évidemment pas la seule Commission européenne qu'il faille incriminer, mais les gouvernements unis au sein du Conseil des ministres européens. Lutter contre les déficits sans rien faire pour relancer les investissements industriels, notamment en mobilisant la Banque centrale européenne, sert évidemment le capitalisme international, financier et spéculateur, au détriment des « intérêts des travailleurs », si l'on peut nous permettre cette expression bien dévaluée aujourd'hui.

Aurait-il fallu que la France menace de sortir de l'Union pour se faire entendre? Certainement pas, au moins dans un premier temps. Mais il aurait fallu bloquer le fonctionnement de celle-ci, refuser ses injonctions, fut-ce au risque de se fâcher momentanément avec l'Allemagne. Les autres pays européens nous auraient soutenus.

- Le fait enfin que le gouvernement français se soit montré le membre le plus servile de tous ceux composant le « monde occidental » pour accepter la domination américaine. Il s'agit d'abord de celle s'exerçant à travers l'Union européenne pour imposer les intérêts économiques et politiques des Etats-Unis. Il s'agit ensuite de celle se traduisant par un espionnage massif, via la NSA et la CIA, au sein des réseaux numériques. Cet espionnage, révélé par l'héroïque Edward Snowden, n'a provoqué de François Hollande qu'une désapprobation de façade, cachant une indulgence de fond. Il s'agit enfin de la domination diplomatique et militaire américaine, s'exerçant directement ou par le biais de l'Otan, et visant à déstabiliser la Russie. L'affaire ukrainienne, où la France s'est montrée le meilleur soutien de Washington, n'a eu qu'un seul résultat, nous brouiller avec la Russie. Celle-ci devrait être au contraire un partenaire stratégique majeur au sein d'un continent européen élargi.

Que l'on ne dise pas que ces constatations sont le fait de quelques rares agités, parmi lesquels se trouve notre modeste comité de rédaction. Elles sont très largement partagées, et en termes bien plus virulents, sur des sites interactifs non engagés politiquement, tels que celui d'Agoravox, où nous publions de temps à autres des articles. Mais les conseillers en communication du gouvernement n'ont sans doute pas le temps de s'y rendre.

Inutile d'espérer  que des votes UMP ou FN puissent changer  la moindre chose aux raisons profondes de la politique reprochée par les électeurs au gouvernement. Ces partis, au pouvoir, feraient encore pire que la gauche.

Post scriptum:

Un ami me suggère les conclusions suivantes, que je ne suis pas loin d'adopter. JPB

Vous partez du postulat que nos politiques voudraient bien faire mais qu'ils se trompent de méthode. Je crois qu'il faut voir les choses autrement, à savoir comme il s'agit du résultat « positif » découlant d'une action mûrie et intelligente.

Soyons logique. Si on est d'accord sur le fait que les multinationales et les établissements financiers pilotent les gouvernements occidentaux, alors il faut accepter l'idée que les résultats des politiques menées par cesdits gouvernements sont conformes aux objectifs donnés par leur pilotes : augmentation du chômage qui rend la force de travail (salariée ou sous-traitée) plus mobile et moins coûteuse, ce qui permet de maintenir les profits versés aux pilotes, même si la consommation diminue, maintien et création de bulles de valeur spéculatives dans différents domaines (technologie, gazs de schiste, médicaments, agro alimentaire...), alimentation monétaire des établissements financiers, désapropriation des classes moyennes. Tout cela avec une montée des moyens affectés au maintien de l'ordre (cf. la répression quotidienne en Grèce).

Au fond qu'importe, de façon macroscopique, à la "gauche" au pouvoir de perdre des villes, voire de perdre les prochaines élections législatives ou présidentielles. Ils repasseront le flambeau à la droite, et si jamais ça ne suffisait pas ils s'allieront avec la droite pour proposer un front uni (vantant la démocratie et les droits humanitaires, etc.) comme en Grèce, et ils auront rempli leur mandat vis-à-vis de leurs pilotes, en attendant le tour suivant.

Tant que l'on raisonne sur le postulat que nos dirigeants cherchent à bien faire mais qu'ils se trompent de moyens, et que l'on discoure en ce sens, on joue leur jeu... 




24/03/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire