Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La réaction russe aux « sanctions » occidentales

Cette réaction ne sera pas, comme semblait-il les « Occidentaux » l'espéraient, un recul russe dans l'affaire de l'Ukraine, assorti d'excuses. Elle sera d'engager un changement massif dans les équilibres économiques et politiques du monde, en accélérant le rapprochement entre la Russie et la Chine. Ce rapprochement avait toujours été craint par les experts occidentaux, puisque créant un géant euro-asiatique à coté duquel l'Europe avec son petit territoire et son manque de ressources naturelles, ne pèserait plus guère. Contre lequel aussi l'Amérique, considérablement dépendante des prêts et des marchés chinois, se retrouverait subitement fragilisée, ceci malgré toute sa puissance militaire, inutilisable en l'espèce.

 

Dans un article du 21 Mars 1), le blog de Wall Street Zerohedge annonce la mauvaise nouvelle. Poutine prépare un accord gazier de grande ampleur. La Russie, encore très riche en gaz, fournirait désormais à la Chine le gaz dont elle a de plus en plus besoin. Ceci évidemment aux dépends des acheteurs européens de gaz russe. Cet accord serait un premier pas d'importance dans la mise en place d'une monnaie internationale associant le yuan et le rouble (appelons-la ici yuro) et remplaçant le dollar dans les échanges actuels et futurs entre les deux pays. La nouvelle pétro-monnaie ainsi créée serait très probablement adoptée par les pétro-monarchies du Golfe, ne désirant pas être tenues à l'écart. Le pétro-dollar perdrait alors beaucoup de son intérêt, et par conséquent le dollar tout entier, en tant que monnaie internationale sous contrôle de la banque fédérale américaine.

Il est à prévoir, dans la suite de cet évènement, que tous les intérêts chinois ayant prêté des sommes considérables en dollar à l'Amérique, soutenant ainsi artificiellement son économie, vendraient leurs dollars pour acheter du « yuro ». Alors, face à ce retour brutal de dollars chinois, la Banque fédérale américaine aurait beaucoup de mal, même à coup de « quantitive easings » massifs, pour prévenir une récession elle-même massive affectant en premier lieu les Etats-Unis et les pays commerçant en dollars.

Restera à voir si le bloc russo-chinois ainsi esquissé se développera, malgré les compétitions actuelles entre les deux pays. Ce serait très possible. La Russie n'a pas vraiment besoin de s'inventer, comme le fait l'Amérique, un ennemi chinois. De même que la Chine n'a guère besoin d'un ennemi russe. L'Europe par contre sera obligée de choisir. Ou bien elle reste inféodée aux Etats-Unis, ce qui enlève beaucoup au poids théorique que lui confère l'euro. Ou bien elle contribue à l'émergence d'accords euroBRICS dont nous avons souvent dit ici qu'ils assureraient son retour à la souveraineté.

22/03/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Site intéressant
16/05/2014 06:02:20 | Par : Oscar
Je découvre avec beaucoup d'intérêt cette page. Très bon site semble-t-il.
Je me réjouis d'avoir découvert cette bonne adresse.
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire