Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les Néo-cons à Paris

Ce terme désigne, non les c...proprement dits, qui ont toujours été très présents à Paris, sous quelle que forme que ce soit, mais les conservateurs les plus à droite du parti conservateur américain. Au pouvoir depuis des années, ils sont responsables des véritables catastrophes qui ont plongé l'Amérique dans des déficits et des pauvretés en chaine.

Ils se caractérisent par la volonté plus que jamais renouvelée d'abattre Vladimir Poutine. La furieuse Victoria Nulland ne manquera pas de désigner un successeur à Poutine, qui aura la faveur des Néo-cons et qui, bien sûr, annoncera dès sa nomination l'abandon par la Russie de son arsenal nucléaire. Les Néo-cons sont de plus en plus répandus aux Etats-Unis, Obama ayant été supposé mettre un terme à leur progression  politique mais n'en ayant jamais rien fait.

Mais pourquoi à Paris? Les menaces inapplicables à terme mais néanmoins énergiques proférées par les gouvernements européens à la suite du retour de la Crimée dans son pays d'origine, la Russie, avec une très forte majorité de votes favorables, montrent que ces gouvernements et plus particulièrement le nôtre, se révèlent plus Néo-cons que leurs homologues américains. Ils ne cessent de proférer des menaces contre Moscou, dont le seul intérêt pratique est de renforcer un Putin-bashing très apprécié par l'ineffable BHL et les journalistes de France-Inter, mais qui ne suscite guère d'intérêts dans nos campagnes.

Sur cette prétendue annexion, l'économiste (qui n'a rien d'un crypto-communiste) Jacques Sapir, s'est exprimé hier en termes très fondés. Qu'il nous permette de le reprendre:

«C'est en fait un raisonnement très simple et qui s'inscrit dans la grande tradition du droit constitutionnel et du droit public français. Je n'ai absolument rien inventé de ce point de vue-là ! Cela consiste à dire que, si l'on considère qu'il y a eu une révolution en Ukraine, c'est-à-dire les événements qui, dans la nuit du 21 février au 24 février, ont abouti à la constitution de ce gouvernement provisoire à Kiev, sont une révolution, cela signifie à ce moment-là que toutes les autres parties de l'Ukraine se trouvent libérées des engagements légaux qu'ils avaient par rapport à la nation ukrainienne ! Ils peuvent décider de les confirmer. Ils peuvent aussi décider de les infirmer et, à ce moment-là, se constituer soit en entité indépendante, soit se rattacher à un autre pays. Ou alors on considère que ce qui s'est passé à Kiev, n'est pas une révolution, mais cela veut dire à ce moment-là que nous devons reconnaître M. Ianoukovitch comme le président légal de l'Ukraine.

»Le problème est assez simple. Il ne peut pas y avoir un principe à Kiev et un autre principe à Simféropol. Il faut que l'on ait une continuité des principes juridiques sur la totalité du territoire. Puisque les pays occidentaux donnent des marques que, pour eux, il s'agit bien d'une révolution, alors il faut savoir que toute révolution suppose la suspension, voire l'abolition de l'ordre constitutionnel préexistant et la création d'un nouvel ordre constitutionnel.»

Autrement dit, lorsque la France a récupéré l'Alsace-Lorraine après les deux défaites de l'Allemagne, en 1918 et 1945, a-t-elle porté un coup inacceptable au droit international?

Voir Dedefensa http://www.dedefensa.org/article-la_crim_e_de_sapir_la_fontaine_17_03_2014.html

17/03/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
A lire
17/03/2014 15:47:24 | Par : Francois V
Propos pleins de bon sens. Escobar n'est pas un narco-trafiquant mais un journaliste réputé
http://tlaxcala-int.org/article.asp?reference=11752
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire