Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Robolution, 1er fonds d'investissement européen réservé à la robotique

Robolution, premier fonds d'investissement européen réservé à la robotique a été lancé ce 4 mars par Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif.

Doté de 80 millions d'euros, Robollution Capital est financé à parts égales par le secteur public et le secteur privé. Côté public, les sommes sont apportées par BPI France et par l'Europe, via l'European Investisment Fund. Côté privé, le fonds est piloté par Orkos Capital, associant AG2E, la Mondiale, Orangne, EDF, Thales et des actionnaires individuels, dont Marci Simoncini, le fondateur de Meetic.

Ce fonds a été initié en janvier 2012 par Bruno Bonnel (fondateur de la société Robopolis, ex PDG d'Infogram) et Orkos Capital, suite au lancement de "France Robots Initiatives", plan national pour la robotique. Selon ce plan, la France se fixe pour objectif :
- de compter parmi les cinq nations leader de la robotique dans le monde d'ici à l'horizon 2020 particulièrement en matière de robotique de service à usage personnel et professionnel,
- de développer une offre française mondiale en matière de robotique et de machines intelligentes
- d'accroître ses parts dans un marché en forte croissance dans les années à venir.

Estimé à 17 milliards d'euros en 2013, le marché mondial de la robotique de services s'affiche en forte croissance et devrait atteindre 100 milliards d'euros en 2018, selon les prévisions de l'Institut français de robotique.

Robolution Capital compte investir dans la plupart des branches de la robotique telles que robots de compagnie, robots de surveillance, drones ou véhicules sans chauffeurs, robots chirurgicaux. Il vise à soutenir des entreprises produisant déjà des robots, mais aussi des concepteurs de capteurs ou de logiciels, avec des tickets de 300 000 à 5 millions d'euros par société. Ce fonds couvrira plusieurs phases de maturité, de l'amorçage au capitial développement. Selon Bruno Bonnell, 450 sociétés européennes sont déjà éligibles, et il y en a 20 que nous suivons de très près". Les premiers investissements devraient être annoncés avant l'été.

Dommage pour nous, si ce fonds était arrivé plus tôt, le Robot Nao, l'un de nos fleurons français conçu par la société é Aldebaran Robotcis ferait peut-être toujours partie de notre giron (ou tout du moins du giron européen?)?. Faute d'argent frais disponible, l'entreprise du Français Bruno Mailsonnier est passée en mars 2012 sous la coupe de la holding internet japonaise Softbank, qui a racheté 80% du capital pour 76 millions d'euros, [rachetant en particulier les participations des premiers investisseurs ayant parié sur le spécialiste de la robotique : Intel Capital (le fonds corporate du fondeur avait investi 9 millions d'euros en juin 2011), CDC Innovation, iSource and Crédit Agricole Private Equity.)].

Nous estimons qu'avoir laissé "partir" le Robot Nao, extrêmement connu et populaire, symbole d'une volonté et d'une capacité française dans un domaine que l'opinion publique croit réservé aux étrangers, a été une faute très grave du gouvernement. Que l'on ne dise pas qu'il ne pouvait rien faire.

06/03/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire