Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'Appel du Collegium International. Pourquoi pas, mais encore?

Le Collegium International, (http://www.collegium-international.org/index.php/fr/) que peu de personnes connaissent (sans s'en porter plus mal, si nous osons le dire avec un peu de méchanceté) a organisé les 20 et 21 janvier 2014, à Genève, un Forum visant à promouvoir ce qu'il nomme « une gouvernance mondiale ».

 Il a lancé pour ce faire un appel dont l'on peut lire le texte dans Libération: http://www.liberation.fr/monde/2014/01/21/vers-une-gouvernance-mondiale_974539

Le Collegium International comprend un certain nombre de personnalités fort respectables, dont Michel Rocard et Joseph Stiglitz. Dans cet appel, il constate, avec un sens de l'urgence que l'on ne peut que partager, ce que nous dénonçons souvent ici:

«  Le monde fait face à une conjonction de crises d'envergure mondiale sans précédent dans l'histoire: épuisement des ressources naturelles, atteintes à la biodiversité, bulles financières et faillites bancaires, déshumanisation du système économique, désagrégations sociales, accroissement des inégalités et de la précarité, montée des intolérances, contestation des élites politiques, famines, pénuries, pandémies virales... »

Pour y échapper, le Collège demande que les Nations Unies organisent une action visant à « repenser les principes mêmes de la gouvernance globale » afin de la rendre plus efficace. Il s'agit de surmonter les obstacles nés d'une mondialisation anarchique et de « concilier les intérêts divergents des diverses générations actuelles comme futures, de faire émerger un intérêt planétaire commun sur les grands enjeux de ce siècle et de rétablir des solidarités aujourd'hui mises à mal par l'accroissement généralisé des inégalités sociales ». ,

Nous ne pouvons qu'approuver ces louables intentions. L'on peut cependant s'interroger sur son efficacité. Nous considérons pour notre part qu'elle repose sur une conception du monde manquant de bases scientifiques renouvelées.

Pouvons-nous rappeler notre hypothèse, selon laquelle l'évolution de ce même monde résulte de compétitions darwiniennes aveugles pour les ressources et les pouvoirs . Ces compétitions mettent en concurrence de grands et moins grands ensembles ou « systèmes » que nous avons nommé anthropotechniques. Chacun d'eux comporte deux composantes qui ne paraissent pas accessibles à la raison telle que souhaitée par les auteurs de l'appel.

La composante anthropos y est représentée par des populations en surnombre, incapables de voir au delà de leurs problèmes immédiats et manipulées par des idéologies.  La motivation qui prime tout, et on le comprend, consiste d'abord à se nourrir et se mettre à l'abri des fléaux qui menacent, sans avoir le temps de réfléchir aux causes de ceux-ci.

La composante technè s'incarne dans des intérêts économiques, technologiques et scientifiques visant à s'imposer à très court terme, quelles que soient les conséquences sur l'ensemble. Leur motivation est "occupons le plus de terrain technologique possible, on verra après. "

Tirés par ces deux moteurs, puissants mais aveugles et surtout égoïstes, les systèmes anthropotechniques ne seront freinés par aucun risque de catastrophe. Ils sont d'ailleurs trop bornés conceptuellement pour les voir. La catastrophe venue, comme cela semble inévitable, le vieille consigne redeviendra d'actualité: "Demerden Sie Sich".

26/01/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire