Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Qu'arrive-t-il au Japon?

Les Européens qui ne connaissent du Japon que de gentils touristes, ou la victime de tsunamis incontrôlables, feraient bien de se réveiller. Depuis l'arrivée de Shinzo Abe comme Premier ministre, en décembre 2012, le Japon suit une ligne nationaliste dure conduisant à des tensions avec la Chine et la Corée du Sud

Les manifestations visant à ressusciter symboliquement l'ancien impérialisme des mikados se multiplient. Une remilitarisation étendue est envisagée. Plus immédiatement, des mesures visant à instituer un Etat de Sécurité National analogue à celui des Etats-Unis ont été prises. à l'aide de lois d'urgence, dite de “secret d'État”, effectives depuis novembre-décembre 2013.

Sur le fond, la catastrophe de Fukushima a mis en évidence la profonde corruption du système politique, notamment celle du monde des administrations par des entreprises toutes puissantes. En matière extérieure, les liens politiques avec les Etats-Unis se renforcent, d'autant plus que ceux-ci affichent de plus en plus d'agressivité à l'égard de la Chine, agressivité que le Japon endosse et amplifie. Il est difficile de penser qu'il ne s'agit là que d'évènements circonstanciels. Shinzo Abe a été élu par une majorité importante et la politique qu'il mène bénéficie de l'accord tant de la gauche que de la droite, si ces termes ont un sens au Japon. Les rappels à plus de démocratie et de modération émanant de certaines personnalités indépendantes tombent à vide.

Y a-t-il des raisons qui en profondeur justifieraient ce retour à l'autoritarisme, précédant un retour au militarisme. On peut faire valoir que la Chine ne fait rien pour rassurer le Japon. D'une part, elle maintient ses provocations à propos des iles Senkaku. D'autre part, elle se renforce militairement. C'est ainsi que la décision a été prise de construire un second porte-avion. Mais celui-ci ne sera pas opérationnel avant de nombreuses années. Plus généralement le sous-peuplement et le vieillissement du Japon, face à une démographie chinoise conquérante, ne peuvent qu'inquiéter. Il faut voir cependant que les moyens des forces armées chinoises sont sans comparaison avec ceux déployés par Barack Obama en mer du Chine, d'autant plus que se concrétise de plus en plus le redéploiement du Pentagone vers l'Asie. Certains observateurs pensent que l'autoritarisme nouveau du gouvernement japonais viserait à préparer des mesures répressives fortes au cas  de réactions à l'aggravation fort probable de la situation à Fukushima et dans la zone pacifique.

Peut-on craindre qu'une guerre de grande intensité puisse, à la suite de maladresses délibérées ou non, opposer le Japon et ses alliés américains et asiatiques à la Chine ? Nous ne le pensons pas pour le moment. Ce serait suicidaire. Il reste que le Japon devrait être considéré comme de plus en plus infréquentable par les pays du BRICS comme par ceux de l'Union européenne. L'intrication croissante entre entreprises japonaises et entreprises européennes ne peut qu'être préoccupante à cet égard. Il ne faudrait pas que, par ce biais, l'Europe se coupe des indispensables coopérations avec les membres asiatiques du BRICS.

20/01/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire