Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Dieudonné ou l'apprenti-sorcier

On peut appeler apprenti-sorcier l'individu qui, sans le vouloir explicitement, déclenche par sa conduite, ses gestes et ses discours des forces destructrices jusque là latentes. Celles-ci prennent alors conscience d'elles-mêmes, se regroupent, et entrent en action. Elles peuvent le faire même si elles proviennent d'origines différentes, dès lors qu'une action de destruction commune serait capable de les fédérer.

Le cas du nommé Dieudonné M'Bala M'Bala, que l'on ne présente plus car il est désormais connu de l'Europe entière, ne relève pas de la liberté d'expression comme le pensent naïvement des juristes en chambre (que l'on retrouvera sans doute au niveau de la justice européenne, si celle-ci est saisie). Il relève, comme l'a bien compris le ministre de l'Intérieur français, puis in extremis le Conseil d'Etat statuant en référé, de la protection de l'ordre public.

Manifestement, comme le percevaient bien les témoins objectifs des diverses manifestations provoquées par l'intensité grandissante des attaques de M'Bala M'Bala contre les Juifs, ce dernier avait catalysé des forces destructrices sous-jacentes. Il leur donnait, que ce soit par désir de s'auto-promouvoir, ou par simple bêtise irresponsable, l'occasion non pas de « s'amuser » mais de prendre conscience d'elles-mêmes, d'inventer des formes d'expression leur permettant de recruter de nouveaux soutiens, et finalement de semer des ferments de guerre civile non seulement dans la société française, mais dans les sociétés européennes.

La première de ces forces est l'antisémitisme de combat. Elle regroupe l'antisémitisme traditionnel en France (comme en Europe), un racisme brut que les crimes du nazisme n'ont pas refroidi, et un nouvel antisémitisme, qu'il vaudrait mieux nommer anti-sionisme, dont les origines sont différentes. L'anti-sionisme moderne, en pleine recrudescence en Europe, regroupe tous ceux prenant parti en faveur des Palestiniens, dans la guerre menée par les populations et les Etats musulmans contre l'existence d'Israël, dont la survie leur paraît de plus en plus insupportable. La prolongation du conflit israélo-palestinien, qui semble aujourd'hui interminable, et qui ne cesse de s'aggraver, recrutera de plus en plus de militants, sinon de combattants, non seulement au Moyen-Orient mais en Europe. Cet anti-sionisme est à ranger dans les opinions politiques, comme l'anticommunisme et l'antiaméricanisme, tant qu'il ne conduit pas à une haine devenant passionnelle, pouvant dégénérer en attentats.

Une deuxième force, heureusement encore très peu présente en France, y compris parmi les populations musulmanes, regroupe tous ceux qui se reconnaissent dans un djihad de combat, dirigé non seulement contre Israël, mais contre les démocraties occidentales en général. Pour ces minorités, toutes les occasions sont bonnes pour susciter  des militants, se regrouper et le cas échéant envisager des actions un peu analogues, par exemple, à celles menées au Sahel par le nébuleux Mouvement pour l'Unité et le Djihad en Afrique de l'Ouest. On parlera d'un simple terrorisme, mais il s'agit d'un mouvement de fond bien plus sérieux contre les sociétés laïques et libérales dans lesquelles la plupart d'entre nous se reconnaissent. Ce serait donner beaucoup d'importance à M'Bala M'Bala en pensant qu'il pourrait à lui seul lancer le djihad en France, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières, et l'on comprend que les autorités françaises aient décidé de mettre un frein à l'agitation grandissante que ses « spectacles » étaient en train d'encourager.

Va-t-il dorénavant s'abstenir? L'avenir le dira. La bizarre conférence de presse organisée par lui le 11 janvier a laissé une impression curieuse. Il donnait l'impression d'un homme ayant peur, dépassé par les évènements et craignant presque contre sa personne. Peut-être a-t-il réalisé qu'il ne pouvait chevaucher impunément les chevaux de l'Apocalypse. Si cela était le cas, le résultat serait à mettre au crédit de ceux ayant compris, en France comme ailleurs, que certains discours, répétons-le, pouvaient dégénérer non seulement en guerre civile intérieure, mais en renforcement de ce que les responsables de la sécurité en Israël commencent à désigner par le terme de « tsunami djihadiste  en préparation ». Or la France, inutile de le préciser, ne saurait en aucun cas encourager des "humoristes" contribuant, aussi peu que ce soit, au déclenchement d'un tel tsunami.


* Sur l'ensemble de cette conjoncture politique, voir notre article « D'un émirat à l'autre? » http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1230&r_id=



12/01/2014
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire