Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La crise au Sud Soudan

Créé en juillet 2011 après deux décennies (1983-2005) de guerre entre le Nord, musulman et arabophone (l'actuel Soudan), et le Sud, animiste et chrétien, le Sud Soudan a plongé mi-décembre dans la violence. Depuis la séparation, les tensions persistent avec Khartoum pour le contrôle des importantes ressources en pétrole et le tracé de la frontière.
 
Mais cette fois, c'est à l'intérieur même du Soudan du Sud, pays enclavé de onze millions d'habitants miné par des rivalités politiques et des conflits ethniques, que la situation s'envenime et menace de devenir incontrôlable. Le conseil de sécurité des Nations unies a donné, mercredi 25 décembre, son feu vert à l'envoi de 6 000 casques bleus en renfort de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss).

Les effectifs de cette mission, chargée de protéger les civils, passent ainsi de 7 000 et 12 500 soldats et ceux des policiers de 900 à 1 323. Ce vote, adopté par les 15 membres du conseil de sécurité, répond à la demande du secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, qui avait demandé l'envoi de 5 500 soldats. 

Les causes des conflits

Depuis le 15 décembre, de violents combats opposent les forces fidèles au président Salva Kiir à celles de l'ex-vice président Riek Machar. Près de 45 000 civils ont été placés sous la protection de l'Onu depuis le début des affrontements.

La rivalité politique recoupe la principale fracture ethnique du pays - qui en compte de nombreuses. Les combats opposent l'ethnie dinka du Président Salva Kiir, groupe majoritaire largement représenté dans l'appareil d'Etat, à l'ethnie nuer, représentée par son opposant Riek Machar. La rivalité entre ces deux groupes avait déjà donné lieu à des épisodes sanglants au temps de la lutte pour l'indépendance où les conflits ethniques ont été attisés et exploités politiquement.

Selon des témoignages recueillis ces derniers jours par l'AFP, des nombreuses exactions sont commises sur des civils nuer par des soldats dinka des forces gouvernementales. Mais les rebelles du camp de Riek Machar sont eux aussi accusés de répandre les violences. Des Nuer auraient notamment attaqué une base de l'ONU où s'étaient réfugiées des familles dinka à Akobo, dans l'Etat de Jonglei. Au moins deux casques bleus indiens ont été tués, on ignore ce qu'il est advenu des familles. 

Il est tentant d'attribuer à des rivalités ethnique un pays manifestement resté à l'écart de l'évolution d'autres Etats plus « modernes ». Mais il serait naïf de ne pas chercher à voir les luttes d'intérêt sous jacentes pour le contrôle des richesses pétrolières du Sud Soudan. Pays pauvre, le Soudan du Sud est riche en pétrole, qui représente 95% de l'économie nationale. Il extrait le pétrole mais son raffinage et son acheminement sont opérés par le Soudan, où passent les oléoducs vers la mer Rouge. Le partage des revenus entre les deux pays est, en théorie, réglé par un accord commercial, laissant subsister des  conflits dont cherche à profiter le Nord. Derrière celui-ci se trouvent inévitablement des intérêts arabo- musulmans. Comme toujours, l'expérience montre que la possession de réserves pétrolières, loin d'être une bénédiction pour le pays bénéficiaire, est une malédiction. Des forces économiques et politiques étrangères manipulent les populations et les Etats pour se donner des atouts décisifs.

Nous n'avons pas d'informations récentes sur la question, mais depuis déjà plusieurs mois les intérêts pétroliers dits occidentaux (principalement américains)  et ceux provenant de Chine, étaient  à la manoeuvre. Citons en particulier pour ce dernier pays la China national petroleum corp, premier opérateur pétrolier du pays.

Face à cela, le Conseil de Sécurité de l'ONU paraîtra coupable d'un manque sans doute voulu de clairvoyance et d'arbitrage. Envoyer des Casques Bleus au Sud-Soudan, n'aura guère de résultats sur les causes profondes des affrontements, sinon mettre ces Casques Bleus en danger.

25/12/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire