Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'Ukraine entre l'Europe et la Russie (suite)

Dans un premier article en date du 26/11, nous évoquions les raisons qui selon nous risquaient de conduire les Ukrainiens eux-mêmes à renoncer à une association étroite avec l'Union européenne, voire à une candidature à l'entrée dans celle-ci. Nous nous étions trompés.

Dans un premier article sous cet intitulé (http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1200&r_id= ) nous évoquions les raisons qui selon nous risquaient de conduire les Ukrainiens eux-mêmes à renoncer à une association étroite avec l'Union européenne (UE) voire à une candidature à l'entrée dans celle-ci. Les premières tenaient à la volonté russe de ne pas laisser dériver vers l'Europe un des coeurs historique de l'ancienne Russie. Les secondes découlaient du fait que pour la majorité des Ukrainiens l'association avec l'Europe n'étaient peut-être pas si profitable que certains l'espéraient. Nous pensions probable que dans ces conditions les manifestations contre le président Viktor Yanukovych finiraient par se calmer.

Nous nous étions trompés. A la date du 2 décembre, elles ne font que s'amplifier. Le gouvernement semble en difficulté, d'autant plus qu'il lui serait politiquement risqué de recourir à la force brutale, selon une vieille habitude dans cette partie de l'Europe. Le président Poutine pour sa part ne paraît pas décidé à ternir sa toute nouvelle réputation de sage en envoyant des chars à Kiev. Mais a contrario, l'UE hormis quelques déclarations incendiaires de certains de ses membres, ne semble pas non plus résolue à soutenir d'une voix forte la liberté pour les Ukrainiens de s'unir significativement à elle. Que va-t-il se passer? Sans doute le renforcement des manifestations, entraînant une chute de Viktor Yanukovych, mais après?

Après, rien, selon nous. La seule vraie solution, réellement constructive, serait que l'Ukraine, avec le soutien tant de l'UE que de la Russie, accepte le rôle difficile de charnière entre ces deux parties aujourd'hui séparées d'une ancienne entité européenne s'étendant, selon les termes de De Gaulle, de l'Atlantique à l'Oural. Nous y faisions allusion à la fin de notre article précité. Il s'agirait de commencer à concrétiser le projet encore utopique, aux yeux de beaucoup, visant à construire un ensemble EuroBRIC, commençant par un sous-ensemble EuroRussie. Comment un tel projet pourrait-il être amorcé, de quelles façons pourrait-il se concrétiser? Nous ne répondrons pas ici à ces questions, mais nous souhaiterions qu'elles soient abordées sans attendre par les militants de l'EuroBRIC. Il y a urgence. Un rôle déterminant pour Kiev, entre Bruxelles et Moscou, pourrait en résulter, où les trois parties trouveraient leur compte.

02/12/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
La voie ukrainienne (vers l'auto-destruction)
03/12/2013 17:50:35 | Par : JPB
Voir de bonnes analyses sur le site de Defensa, dont celles de Philippe Grasset lui même
http://www.dedefensa.org/article-la_voie_ukrainienne_03_12_2013.html
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire