Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Des tigres de papier ?

La Chine avait décrété unilatéralement une zone d'exclusion aérienne autour des Iles Senkaku en mer de Chine orientale, dont elle et le Japon se disputent la souveraineté. Elle avait menacé d'intervention, sans bien préciser laquelle, les appareils de tout pays, y compris civils, enfreignant cette exclusion sans avoir présenté des demandes d'autorisation de survol qui seraient ou non acceptées.

Le procédé avait quelque chose de brutal qui avait enflammé les opinions publiques, d'abord au Japon, directement intéressé, mais aussi en Corée du Sud. Il était évident, aux yeux des stratèges, que ces pays ne pouvaient pas en rester là, sauf à paraître capituler en rase campagne devant la Chine. Mais si leurs appareils survolaient les iles et étaient contraints d'atterrir, voire étaient attaqués par des avions chinois, comment réagir? Une guerre d'ampleur mondiale pouvait en résulter, vu l'inquiétude que suscitent les ambitions chinoise dans toute la région, ainsi qu'aux Etats-Unis.

La décision, après entente, a été vite prise; affronter la Chine en faisant le pari qu'elle ne réagirait pas. C'est ce qui s'est passé. Il y a quelques jours, deux B-52 américains non armés avaient traversé la zone d'exclusion, sans solliciter la moindre autorisation et sous prétexte de manœuvre, pendant au moins 2 heures. Le 28 novembre, deux appareils, l'un japonais, l'autre sud-coréen, firent de même. Là encore, la Chine n'a pas réagi.

Avait elle agité un « tigre de papier »? Lui suffisait-il de faire un petit pas qui seraient suivi d'autres pour renforcer en douceur son influence sur toute la région? Le gouvernement chinois ne s'en est pas expliqué à ce jour. Des observateurs américains parlent de faux pas, ne pouvant que renforcer un rapprochement militaire entre le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis.

Mais jusqu'où pourrait aller un tel rapprochement. On peut penser que Washington estime, malgré sa reconversion de l'est-européen vers la mer de Chine, n'avoir pas encore les moyens de faire autre chose, lui-aussi, que brandir des tigres de papier. Tout ceci, quelles qu'en soient les suites, rappelle en tous cas aux Européens les différentes rodomontades entre Puissances ayant abouti à la guerre de 1914-1918, la plus meurtrière de l'histoire.

(Image: survol des iles par un patrouilleur japonais en 2011)


28/11/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire