Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Pourquoi suivre Obama dans sa course à l'abime ?

On ne peut pas ne pas se poser la question, en un début de semaine qui sera déterminante pour la paix du monde: pourquoi François Hollande, et le gouvernement français à sa suite, se sont-ils engagés bille en tête derrière Obama, dans l'impasse où celui-ci s'est mis en opposition avec tous les souhaits des opinions "occidentales" telles qu'elles apparaissent aux sondeurs. Pourquoi faire courir à la France l'immense responsabilité d'avoir contribué à des catastrophes en chaine, cela quelles que soient les décisions d'Obama qui dans cette affaire seront toutes mauvaises.

Ou bien en effet, Obama s'appuie sur une majorité péniblement acquise au Congrès (Chambre des représentants et/ou Sénat) pour déclencher une guerre contre Damas, et ce faisant il oblige l'Amérique à s'opposer directement tant à l'Assemblée générale de l'ONU qu'au Conseil de Sécurité, prenant la responsabilité de ne plus jamais pouvoir en appeler à l'arbitrage de ces instances dans toutes les autres questions intéressant l'avenir du monde. Ou bien, pire encore, Obama agit seul, prenant le risque d'affronter non seulement les opinions mondiales mais ce qui reste de démocratie en Amérique même.

Ajoutons qu'en bombardant Damas, Obama prendra le parti de l'axe sunnite contre l'axe chiite, lequel n'est pas près de cesser de diviser le monde musulman et ses intérêts géostratégiques. Se lier définitivement aux sunnites, tout aussi dangereux que leurs rivaux chiites, serait là encore une faute historique, dont le monde occidental devrait bien se garder.

Il est tout à fait vraisemblable, comme le proclament les « libertariens » américains (cf. un article en ce sens de Paul Craig Roberts (http://www.counterpunch.org/2013/09/06/will-congress-now-save-obamas-face-by-selling-out-democracy-and-the-syrian-people/) que s'activent, derrière Obama, les deux lobbies qui ont fait l'histoire récente des Etats-Unis, le lobby militaro industriel américain et le lobby de l'AIPAC, dit lobby juif. Mais devrions nous imaginer, pour en revenir à la France, que ces deux lobbies soient si puissants qu'ils déterminent les choix de nos propres gouvernants?

Les bonnes âmes diront que la question n'est pas là. Bachar al Assad a mérité la destruction en utilisant des armes chimiques...ceci quelles que soient les conséquences évoquées ci-dessus d'une politique punitive menée par Obama et Hollande. Malheureusement, un peu de réflexion montre qu 'aujourd'hui, grâce au progrès technologique, n'importe qui ou presque peut fabriquer, stocker et transformer en armes létales les centaines de composants chimiques désormais disponibles sur étagère. (Cf un article en ce sens du New York Times http://www.nytimes.com/2013/09/08/world/middleeast/with-the-world-watching-syria-amassed-nerve-gas.html?palesdécisionsgewanted=2&_r=0&hp) Le risque, les trafiquants aidant, est désormais mondial. La Russie et la Chine n'y échapperont pas. Ce devrait être plus que jamais l'occasion, en premier lieu pour la France, d'en saisir l'ONU et le Conseil de Sécurité, plutôt qu'en paraissant les ridiculiser.





09/09/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire