Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Des « gamins irresponsables » à la tête des puissances occidentales.

Le 29 aout au matin le monde menacé d'une frappe « occidentale » en Syrie découvre subitement que cette frappe aurait été juridiquement et politiquement impossible tant que les experts de l'ONU n'auraient pas terminé leur mission, c'est-à-dire au moins avant le 5 septembre.

 Bien sûr nous étions nombreux à le penser mais nous n'osions pas le dire, craignant de passer pour des traitres à la veille d'une guerre devant engager les forces armées de la nation. Ces immenses stratèges qui président à notre destin, Obama, suivi (ou plutôt précédé) de ses deux « caniches » Hollande et Cameron, en avaient décidé différemment.

Aujourd'hui, grâce à Ban Chi Moon, mais aussi aux Russes, Chinois et finalement aux représentants de l' « axe du mal » Syrie et Iran , nous nous avisons comme l'écrit un de mes correspondants ancien diplomate que je remercie:

1. Si quelques grandes puissances membres du Conseil de Sécurité de l'ONU ne respectent pas les procédures de celle-ci, pour quoi les autres membres de l'Onu y seraient-ils contraints? En l'état frapper la Syrie détruira en premier lieu l'ONU! 
2. Aucun intérêt vital des Etats-Unis, de la France ou de la Grande Bretagne ne sont menacés par la Syrie. Depuis quand fait-on la guerre pour des considérations morales, aussi honorables soient-elles?
3. Avant de se lancer dans une guerre, qui pourrait devenir mondiale, il faut en définir les buts. Dans ce cas, nul ne sait ce qu'ils sont.

Ajoutons qu'Israël, généralement mieux avisé, aurait pu depuis quelques jours tenir lui aussi ce discours à haute et intelligible voix, au lieu de sembler s'y rallier par la force ce matin.

Nous pourrions ici poursuivre cet article en énumérant la longue liste des défaites diplomatiques, économiques et morales qui seront les nôtres si, sans ou même avec un feu vert moral venu des experts de l'Onu, l' « Occident » frappait Damas, sous quelques formes militaires que ce soit. Mais à chaque jour suffit sa peine.

Disons seulement que des forces de chaos, prêtes à se déchaîner, y compris en premier lieu contre nous, attendent cette occurrence avec la plus grand intérêt. Nos plus que puérils chefs n'auront plus alors que leurs yeux pour pleurnicher, en jurant qu'ils n'avaient pas voulu cela.

NB: Précisons à ceux qui semblent nous accuser quasiment d'être des complices de Bachar Al Assad que la question n'est pas aujourd'hui jeudi d'absoudre celui-ci d'un éventuel emploi d'armes chimiques, mais d'attendre l'avis des experts de l'ONU, non seulement concernant l'emploi ou non de telles armes, mais celle de savoir qui les avait utilisées. S'ils ne pouvaient répondre, on se poserait la question des suites.


29/08/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Pour trouver d'autres arguments
29/08/2013 19:13:09 | Par : jpb
Voir l'article de Dedefensa:
http://www.dedefensa.org/article-hyst_ricisme_syriana_29_08_2013.html
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire