Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Catherine Ashton. Que va-t-elle faire en Egypte, surtout auprès de Morsi ?

Catherine Ashton, la plus que discrète Haute représentante de l'Union européenne pour les affaires extérieures, s'est impliquée directement, lors d'une visite-surprise en Egypte, en faveur de Mohammed Morsi et des Frères musulmans.


Elle a notamment demandé et obtenu de rencontrer celui-ci dans la nuit du 29 au 30 pendant deux heures, alors que les Frères Musulmans annoncent leur intention de rester mobilisés dans le cadre de grandes manifestations qui ne seront évidemment pas vraiment pacifiques. Elle avait cependant auparavant discuté avec les principaux responsables du nouveau gouvernement égyptien, opposés aux Frères.

Cette visite à Morsi et les propos conciliants l'accompagnant constituent un désaveu qui n'est même pas implicite de la politique menée par les militaires et les mouvements laïcs dorénavant au pouvoir en Egypte. On peut se demander ce que cherchent exactement les autorités européennes et derrière elle les gouvernements européens? Vouloir ménager la chèvre et le chou fait peut-être partie d'une démarche diplomatique prudente. Mais faut-il prendre le risque de favoriser le retour en Egypte des extrémismes musulmans, ainsi que leur renforcement en Tunisie et dans les Etats voisins? Nous avons rappelé précédemment que derrière le visage patenôtre de Mohammed Morsi se cache une tentative délibérée de prise en mains de l'ensemble du Moyen Orient, sinon plus.

Ashton et les Européens feraient mieux de promettre des aides économiques et politiques immédiates non seulement aux militaires mais à des personnalités comme le président par intérim Adly Mansour et son vice-président chargé des relations internationales, Mohamed El Baradei. Mais l'Europe s'est-elle montrée capable jusqu'à présent de jouer le moindre rôle positif dans la crise du Moyen-Orient? Soyons fiers d'être européens. Nous en avons de plus en plus de motifs.

NB. Rassurons-nous cependant. Nos "amis" américains se montrent encore plus incapables que les Européens de jouer un rôle utile en appui du gouvernement égyptien. Les Russes, qui voient loin, vont sans doute ne pas manquer l'occasion.

30/07/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire