Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Bonnes paroles à Lampedusa

Le pape François est venu lundi 8 juillet sur l'île italienne de Lampedusa, entre la Sicile et la Tunisie, pour son premier voyage hors de Rome, placé sous le signe de la solidarité avec les dizaines de milliers de migrants qui y arrivent chaque année au terme d'un voyage périlleux.

Le pape a condamné "l'indifférence" du monde au sort des migrants dans leur quête d'une vie meilleure. "La culture du bien-être nous rend insensibles aux cris d'autrui (...) et aboutit à une globalisation de l'indifférence", a lancé le pape lors d'une messe suivie par plus de 10 000 personnes sur l'île sicilienne. "Des immigrés sont morts en mer, sur ces bateaux qui, au lieu d'être un chemin de l'espérance, ont été une route vers la mort".

Le chef de l'Eglise catholique est dans son rôle en appelant à la solidarité. On ne peut s'empêcher cependant de voir dans ce discours une certaine facilité. Dénoncer l'indifférence du monde riche est bien, mais ne rien proposer de concret pour que cessent les grandes inégalités peut surprendre. Nous ne voudrions pas utiliser d'arguments faciles, en suggérant que le Vatican mette ses immenses richesses à la disposition des migrants. Disons seulement que le problème de l'immigration des pays pauvres vers les pays riches est effectivement d'ampleur mondiale, quasiment cosmologique. Pour commencer à le résoudre, il faudrait des investissements massifs du Nord vers le Sud, redonnant, notamment aux pays africains, une meilleure disposition de leurs ressources naturelles, afin de les inciter à combattre l'immigration.

Or quels sont les grands intérêts économiques et politiques, même lorsqu'ils se réfèrent à la charité chrétienne, prêts à le faire concrètement? On dira que le rôle de l'Église n'est pas de promouvoir des révolutions sociales, mais seulement de tenter d'apaiser les douleurs morales par de bonnes paroles, des messes et des couronnes en mer. Les prédécesseurs de l'actuel pape l'avaient un peu oublié. Le pape François tient un discours différent. Ce disant, il n'empêchera personne de dormir.


,

08/07/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire