Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Les femmes en Tunisie. Descente aux enfers

Les islamistes du parti Ennahda, au pouvoir en Tunisie, ont confirmé leur volonté de rétablir la domination des hommes sur les femmes et de l'extrémisme salafiste sur les média. Ils ont obtenu après avoir multiplié les manifestations, la condamnation de trois militantes européennes du groupe Femen à quatre mois de prison pour une action seins nus en faveur de la militante tunisienne Amina, au prétexte d'avoir porté atteinte à la liberté d'expression. Une nouvelle fois, nous saluons ici leur courage, sans rien pouvoir malheureusement faire d'autre en leur faveur.


Amina avait commis le « crime » de publier sur Facebook, en février, des photos de ses seins nus marqués d'une phrase en arabe : "Mon corps m'appartient et n'est source d'honneur pour personne." Elle a été incarcérée le 19 mai après avoir tagué "Femen", du nom de l'organisation féministe, sur le muret du cimetière de Kairouan. Aujourd'hui elle est toujours incarcérée et menacée de 6 à 10 ans de prison. Nous n'en dirons pas plus ici, afin de ne pas fournir de nouveaux prétextes à ceux qui la persécutent. On peut lire par contre la déclaration de son oncle dans Courrier International. Voir http://www.courrierinternational.com/article/2013/06/07/je-soutiens-amina-et-les-trois-femen-arretees-en-tunisie

On sait depuis longtemps que les mouvements islamistes en Tunisie sont financés abondamment par le Qatar et l'Arabie Saoudite, grands alliés de la France. En multipliant des oeuvres sociales que le gouvernement tunisien encourage, ils se créent des soutiens « démocratiques » dans les couches profondes de la société tunisienne. Inutile de dire que le combat des Tunisiennes pour l'égalité des droits en est la première victime.

Pendant ce temps, l'été venant, des milliers de gras retraités européens vont prendre le chemin des plages tunisiennes. Trop occupés à bronzer et à consommer des pâtisseries, ils ne lèveront pas le petit doigt, ni en faveur d'Amina, ni contre la prise en mains du pays par les salafistes.

Photo; Les Femen réagissent à la condamnation de trois activistes en Tunisie, devant l'ambassade tunisienne de Madrid. (Photo Juan Medina. Reuters)


18/06/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire