Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Un début de réaction européenne à la gifle chinoise

Le commissaire européen Karel de Gucht s'est donc résolu à réagir face à la gifle magistrale que lui avait infligé la Chine dans l'affaire des panneaux solaires exportés vers l'Union européenne. Des taxes pouvant s'élever jusqu'à 47% pourraient frapper les importations chinoises. Les délais et les conditions précises de l'application de cette mesure ne sont semble-t-il pas encore décidés. Mais il s'agit d'une première réaction de l'Europe à la suite du déni de souveraineté imposé par la Chine.


Il y a quelques jours en effet, un vive premier ministre chinois était venu négocier directement avec l'Allemagne, par dessus Bruxelles. Lui et la Chancelière, maillon faible dans le front protectionniste européen qui se mettait en place, avaient trinqué d'une façon quelque peu indécente au bon maintien des relations germano-chinoise, bon maintien qui dépendrait du fait que l'Europe renoncerait à se protéger du dumping chinois.

Quelques heures avant la décision de Bruxelles, pour enfoncer le clou, le premier ministre Li Keqiang avait encore assuré au président de la Commission européenne José Manuel Barroso,, que les "intérêts majeurs" de son pays étaient en jeu et que des sanctions européennes étaient de nature à peser sur les relations sino-européennes – autrement dit qu'elles entraineraient des mesures de rétorsion chinoises.

Fallait-il, pour faire plaisir aux exportateurs allemands, que l'Union européenne toute entière cède au chantage? On pouvait craindre le pire. Dans un continent désuni, se trouverait-il quelqu'un au sein de l'Union européenne pour refuser de céder devant la gifle chinoise...gifle qui aurait vite été suivie de nombreuses autres?

Aujourd'hui, la déclaration de Karel de Gucht nous fait un peu respirer. Il faut le remercier du rôle personnel qu'il a (sans doute) pris pour la faire admettre par la Commission. Rien n'est sauvé pour autant. La Chine va continuer à peser de tout son poids sur l'Union européenne pour que celle-ci, que ce soit dans le solaire où dans les autres domaines où les Chinois pratiquent allègrement le dumping, ne se protège pas réellement. In faut donc, comme l'a rappelé ce soir le ministre français du redressement productif, continuer à veiller.

Observons cependant qu'il sera paradoxal de voir l'Europe se protéger quelque peu du dumping chinois et dans le même temps, sous la pression de ses propres intérêts atlantistes, s'engager dans une zone de libre-échange transatlantique qui la dépouillerait de toutes ses spécificités et protections à l'égard des différentes formes de domination américaine.

NB: concernant les panneaux solaires, les importateurs américains de ces panneaux ont constaté que 10 à 20% de ceux-ci étaient porteurs de malfaçons résultant du désordre régnant dans l'industrie chinoise du photo-voltaïque, grandie trop vite et en partie corrompue. Prévus pour durer 20 à 30 ans, il faut les remplacer au bout de deux ans.



04/06/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire