Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

L'emploi aux Etats-Unis : guère mieux qu'en Europe

On entend souvent dire que, grâce notamment à la politique de relance menée par Barack Obama, l'emploi aux Etats-Unis remonte régulièrement, alors qu'il continue de baisser en Europe du fait des mesures de réduction des dépenses imposées par la volonté de réduire les déficits.

Un examen attentif de la situation montre que la situation de l'emploi n'est guère meilleure aux USA qu'en Europe. Un article récent du World Socialist Web Site le démontre chiffres à l'appui. Rappelons que le WSWS est un organe sérieux, qui ne falsifie aucunement les chiffres. Tout au plus leur donne-t-il une interprétation politique qui le distingue de la presse « mainstream » dont l'optimisme bien-pensant se refuse à reconnaitre les conséquences sociales dramatiques du système néolibéral et de la course aux économies imposée par les intérêts financiers .

Selon cet article, auquel nous renvoyons le lecteur anglophone, si ces dernières semaines la baisse du chiffre des demandeurs d'emplois a paru se stabiliser aux Etats-Unis, les nouvelles créations sont loin d'être suffisantes pour rejoindre le niveau d'emploi des dernières années. De plus les statistiques sont perverties, en ce sens qu'elles ne tiennent pas compte, au niveau de la demande d'emplois, des quelques 500.000 personnes nouvelles qui ont renoncé à s'inscrire comme demandeurs du fait qu'elles se pensent désormais incapables de retrouver un « job » quelconque. Ceci porte, selon certaines estimations, à quelques 4 millions le nombre des « sans-emplois de fait » non recensés.

La situation ne pourra que s'aggraver du fait des réductions de dépenses budgétaires (dites « sequestrations ») imposées à la Maison Blanche par le Congrès. Ces réductions entrainent non seulement une diminution des emplois liés aux investissements publics mais une réduction continue des indemnités de l'assurance chômage et des divers programmes d'assistance sociale. Loin de s'améliorer vers 2019, comme l'espéraient des commentateurs inspirés par la Maison Blanche, l'emploi continuera à se dégrader. Jusqu'à quand? Tant que la patience des citoyens le supportera, disent ceux pour qui le système actuel ne peut que conduire à des effondrements politiques et sociaux de grande ampleur.

Ces éléments confirment la justesse des analyses des économistes pour qui la réduction continue des investissements publics créateurs d'emploi, tant dans l'Union européenne qu'aux Etats-Unis, enlève toute efficacité aux politiques dite de relance conduites des deux côtés de l'Atlantique. Ou bien les « super-riches » et les corporations qui dominent effectivement le monde sont aveugles, ou bien plus vraisemblablement ils veulent induire des chaos sociaux au terme desquels de véritables dictatures de type militaire (ou mafieuses) prendront ouvertement le pouvoir afin de se mettre à leur service.

C'est dans l'ensemble ce qu'écrivent, en termes plus soft, les économistes Daniel Cohen et Philippe Askenazy, membres du collectif dit des « Economistes atterrés » dans leur dernier essai « 5 crises, 11 nouvelles questions d'économie contemporaine » Albin Michel  -  03/04/Avril 2013 .

Mais pourquoi un François Hollande refuse-t-il de les entendre? Pourquoi continue-t-il à faire espérer une reprise de l'emploi qui ne se produira pas? Pourquoi ne se rend-il pas compte, comme un nombre croissant des membres de sa majorité, que c'est un changement complet de système que la France devrait persuader ses partenaires européens de rechercher ?

Référence
L'article de WSWS
http://www.wsws.org/en/articles/2013/04/06/econ-a06.html

12/04/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire