Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Paradis fiscaux: pas encore finis mais...

Merci Cahuzac, La prise de conscience découlant de la révélation de sa fraude a provoqué en Europe une prise de conscience en retour. Sans nous départir du pessimisme de fond exprimé par notre éditorial (Incognito, daté du 10/04/2013), nous pouvons admettre que la lutte contre les paradis fiscaux, autrement dit le secret bancaire, semble progresser rapidement au niveau de l'Europe. François Hollande s'est profondément engagé en ce sens.

De ce point de vue, un changement important s'est fait ces derniers jours, puisque le Luxembourg s'est dit favorable à l'échange automatique d'informations entre les pays européens, grâce auquel par exemple un Français qui ouvre un compte à l'étranger sera aussitôt signalé auprès de l'administration fiscale. La mesure ne serait pas d'application immédiate, mais elle fera réfléchir dès maintenant les titulaires de comptes non déclarés. L'Autriche devrait suivre. Il faut espérer qu'au sein des 27, y compris en Grande Bretagne et à Monaco, la même décision sera rapidement prise.

Concernant le reste du monde, les Etats européens devraient mandater la Commission européenne pour qu'elle renégocie les conventions fiscales avec les Etats abritant des paradis fiscaux, en priorité avec la Suisse. Or celle-ci a déjà fait savoir qu'elle ne pourrait refuser à l'Union européenne ce qu'elle a accordé aux États-Unis. Ceci ne veut pas dire que les paradis fiscaux disparaîtront rapidement et partout, notamment dans les parties du monde dont ils font la prospérité artificielle, mais un mouvement est lancé.

Restera évidemment à renforcer, au niveau des Etats, les moyens des services fiscaux et de police luttant contre la fraude fiscale, le rôle des juges en ce domaine et la coopération internationale entre les services. On peut espérer que les lanceurs d'alertes, tels les Offshore Leaks, entre autres, continueront à jouer leur rôle. Alain Finkelkraut a osé parler de la mise en place d'une société des corbeaux. Il montre ainsi son irresponsabilité voire sa complicité.

11/04/2013
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire